Aix-en-Provence : Nicolas Mazet accueille les deux lauréates du Prix HSBC pour la Photographie 2017

4 min. de temps de lecture.

La première exposition du Prix HSBC pour la Photographie 2017 à peine clôturée, qu’il est déjà temps d’inaugurer la seconde étape. Laura Pannack et Mélanie Wenger sont donc exposées tout l’été et jusqu’au 30 septembre prochain au Gallifet Art Center d’Aix-en-Provence. A la veille de l’ouverture de cette nouvelle exposition, nous avons rencontré Nicolas Mazet, directeur de ce lieu d’échange artistique.

Mowwgli : C’est la première fois que vous accueillez l’exposition itinérante du Prix HSBC pour la Photographie. Comment se déroule cette collaboration entre le Prix et votre centre d’art ?

Nicolas Mazet : En effet, c’est la première fois que nous collaborons avec le Prix HSBC. Un premier contact a été pris en 2015 avec Christine Raoult qui a pensé à notre espace pour une halte estivale de son prix. J’ai longtemps admiré le travail des lauréats du prix HSBC dans le cadre des rencontres d’Arles et apprécié ces regards différents, tous évocateurs des mutations que connait la photographie contemporaine.
Cela m’a semblé donc important de suggérer une exposition avec le travail des lauréats de cette année, mais présentant également l’histoire récente de la photographie en s’appuyant sur les lauréats passés. Le fait que la présidence du jury change chaque année a permis au prix de construire une bibliothèque très complète de la photographie contemporaine sous le regards bienveillant des plus grands professionnels. 

Mowwgli : Comment se déroule la mise en place de cette nouvelle exposition, entre la conseillère artistique María García Yelo, les deux lauréates et vous ?

N. M. : L’exercice est donc différent de celui d’autres expositions du Prix HSBC et demande à la fois de respecter le travail de chaque artiste tout en racontant une histoire dont ils sont tous acteurs.  María García Yelo qui connait très bien ses lauréats a su de manière intuitive investir les espaces de l’Hôtel de Gallifet pour permettre à chacun de s’exprimer. En même temps elle a pris du plaisir à rythmer la visite avec des moments de réflexions sur l’évolution de la photographie, fil rouge essentiel, porté notamment par le film réalisé par François Cheval véritable mémoire du prix.

Mowwgli : L’exposition rassemble les deux séries primées Youth Without Age, Life Without Death de Laura Pannack et Marie-Claude de Mélanie Wenger. Quel regard portez-vous sur ces travaux ?

N. M. : Sans que cela ait été intentionnel, les deux séries primées évoquent chacune avec nostalgie un présent qui refuse la modernité. Se pose la question du choix, celui des artistes comme celui du comité de sélection. En ces temps troubles, entre xénophobie, terrorisme et précarité, les nouveaux paradigme ne son guère attrayant, il est alors peut être réconfortant de porter son regard sur un passé dont on maîtrise les contours, un temps de paix, un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre mais qui revêt un voile d’authenticité chez Mélanie Wenger et de mélancolie chez Laura Pannack.   

Mowwgli : Vous avez ouvert ce lieu d’échange artistique en juillet 2010, pouvez-vous nous parler de votre position au sein de l’offre culturelle d’Aix en Provence et de ses alentours ? 

N. M. : Aix et la Provence, ont de tout temps attiré les artistes, on pense bien entendu à Cézanne qui était en classe dans le lycée juste en face de l’Hôtel de Gallifet, mais aussi à Picasso, Masson et tant d’autres qui sont venus se nourrir des couleurs de la région. Je parle bien entendu des ocres du Rousillon, des jaunes de Bibémus, des ciel d’un bleu profond et de cette opulente verdure. Ceci étant dit, Aix est également une ville de gardiens du temple qui ont trop souvent regrettés de ne pas avoir su reconnaître leurs contemporains qui ce sont révélés être des grands maîtres. Aix n’ayant pas de lieu muséal dédié à l’art contemporain, il m’a paru important d’en ouvrir un… qui sait le prochain Cézanne exposera peut êtres ses oeuvres ici.

D’autres lieux voisins ont suivi une logique idoine, on pense bien entendu au Chateau La Coste, aux rencontres photographique d’Arles ou aux expositions dans les musées de Marseille. 

Mowwgli : L’exposition est inaugurée demain et sera visible jusqu’à la fin septembre, quel est le profil de votre fréquentation estivale ? 

N. M. : Les propositions d’art contemporain dans la région sont suffisamment variées pour permettre à des publics d’initiés et de non initiés de trouver leur bonheur. Pendant l’été nous comptons 70% de touristes dont 1/3 de français. Étonnamment toutes les générations aiment se confronter à la création contemporaine. C’est plus une question d’ouverture d’esprit et de vitalité que de génération. Nos publics sont curieux de l’histoire de notre époque et trouve dans les expression des artistes un regard sur notre époque, un dialogue sur notre temps.  

INFORMATIONS PRATIQUES
Laura Pannack & Mélanie Wenger
Lauréates 2017 du Prix HSBC pour la Photographie
Du 17 juin au 30 septembre 2017
Gallifet Art Conter
52, rue Cardinale
13100 Aix en Provence
http://www.gallifet.com

A VENIR (Exposition Itinérante)
Laura Pannack & Mélanie Wenger
Lauréates 2017 du Prix HSBC pour la Photographie
> 6 octobre au 4 novembre 2017
Maison de la Photographie
rue Nicolas Laugier
83000 Toulon
> Du 10 novembre au 9 décembre 2017
Arrêt sur l’Image Galerie
Cours du Médoc
33000 Bordeaux

En savoir plus :
http://prixhsbc.evenium.com
http://laurapannack.com
http://www.melaniewenger.be

A Lire :
Interview avec Mélanie Wenger
Interview avec Laura Pannack

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *