Verdun premier siècle, écrivains et photographes

2 min. de temps de lecture.

Charles Péguy tombé le 5 septembre 1914 à Villeroy, Alain-Fournier tué à 27 ans le 22 du même mois à La Chapelle-d’Angillon, la Grande Guerre pour laquelle s’étaient mobilisés, fleur au fusil,  des millions de jeunes hommes de France et d’Allemagne emportait dès les premiers jours deux noms qu’à la suite des stèles érigées à la mémoire des Morts, la littérature reconnaissait comme deux des siens.

Le lieutenant Maurice Genevoix aurait pu être le troisième s’il avait succombé aux blessures reçues le 25 avril 1915 à la bataille des Eparges. Le 17 septembre 1967, l’auteur de « Ceux de 14 », devenu écrivain célèbre, élu académicien, inaugurait le Mémorial de Verdun dont il était le fondateur et le président, célébrant de cinquantenaire de la bataille où vingt-mille garçons ont trouvé la mort. Cinquante ans encore nous amènent aujourd’hui au Centenaire du massacre. Non loin du monument du Souvenir, le paysage, comme les hommes, garde les cicatrices de la mitraille et des obus qui l’ont meurtri jusqu’à transformer son profil géologique. Sous la signature commune « Comme on peut », brève citation de « Ceux de 14 » et titre du livre édité pour la circonstance, deux photographes, Fabrice Dekoninck et Sylvain Demange ont parcouru le site des Éparges, et retrouvé ce que l’enfer d’avril 2017 a pu laisser après le passage d’un siècle. Ils nous montrent une Nature finalement victorieuse, capable de composer avec les tranchées des stratèges et d’adoucir les cratères des bombes pour rendre sa quiétude à un morceau de Lorraine. Ces photographies qui dans leur silence immobile laissent sourdre l’écho du carnage participent à l’évocation portée par un retour sur les textes et sur la vie de Maurice Genevoix, étayée de vitrines de quelques objets venus de son passé de témoin et de sa vie d’écrivain. Point fort de ce centenaire, la lecture publique du samedi 11 novembre a mis en dialogue des extraits de « Ceux de 14″ et des passages d' »Orages d’acier », de l’écrivain allemand Ernst Jünger. L’exposition s’arrêtera juste avant Noël 2017, hommage implicite aux combattants des deux bords qui dès le 25 décembre 1914 avaient décidé d’opposer une trêve à l’horreur.

INFORMATIONS PRATIQUES
L’exposition
Fabrice Dekoninck et Sylvain Demange
Des Eparges au Mémorial de Verdun, hommage à Maurice Genevoix
Jusqu’au 22 décembre 2017
Mémorial de Verdun
1, Avenue du Corps Européen
55100 Fleury-devant-Douaumont
http://memorial-verdun.fr
Le Livre
« Comme on peut »
Photographies de Fabrice Dekoninck et Sylvain Demange
Textes d’Annette Becker, Fabrice Dekoninck, Julien Larère-Genevoix, extraits de « Ceux de 14″de Maurice Genevoix
132 pages 165 x 225 mm, 50 photographies
Collection Foto, éditions Créaphis
25 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *