4×4 à la Galerie RX : Focus sur Baptiste Debombourg

2 min. de temps de lecture.

Seconde édition d’une exposition à seize mains orchestrée par la Galerie RX. Chacune des 4 commissaires invitées invite à son tour un artiste dans la galerie dirigée par Éric Rodrigue et Éric Dereumaux. Mon coup de cœur sur les quatre artistes invités s’est porté cette année sur le travail de Baptiste Debombourg. Invité par Isabelle de Maison Rouge.

Baptiste Debombourg utilise, depuis 2005, le verre dans sa pratique artistique pour sa valeur symbolique de fragilité, de vulnérabilité, de finesse et de transparence. Il permet des reflets, suggérant un glissement entre visible et invisible, entre clair et flou. Le verre est étroitement associé à la lumière, il élargit ou approfondit notre perception visuelle et semble rendre apparent tout un monde opaque ou caché. Baptiste Debombourg travaille toute sorte de verre, transparent, miroir, noir….  Il utilise le verre feuilleté car celui-ci ne tombe pas en morceaux lorsqu’il le brise. Ce qui lui permet de sculpter des formes, de créer des espaces et même d’y imprimer des messages comme ce « raging dreams » exposé à la galerie.

Ses œuvres de verres brisés évoquent la brutalité, la destruction du vandalisme et des manifestations. Le verre mémorise l’impact ou l’accident, il résiste ou part en éclats. Symptomatique de l’époque actuelle où violence, attentat, vandalisme, explosion sont des maux courants et des mots du langage courant, ce matériau de notre temps nous la rend encore plus perceptible. La violence n’intéresse pas Baptiste Debombourg. Mais c’est plutôt ce qu’il y a derrière, la face cachée de l’humain, capable du meilleur comme du pire.

Une œuvre appelée « Cesium XIII » prend l’apparence une figure humaine difforme qui sort du mur et dans laquelle le regardant se reflète, révélant à la fois le génie scientifique de l’homme mais aussi sa faculté de détruire.

Ses tableaux de verre sont à percevoir comme des meurtrières qui ouvrent sur une vision en trois dimensions et créent une brèche dans le mur, débouchant peut-être sur un ailleurs, un univers propre.

En tout état de cause, c’est très généreux de la part de la Galerie RX  d’ouvrir ses murs à d’autres galeristes et particulièrement intéressant de faire dialoguer des artistes très différents avec des médiums tout aussi variés.

INFORMATIONS PRATIQUES
4 invitées + 4 expositions
2nde édition
jusqu’au 21 février 2018
Galerie RX
16 rue des Quatre Fils
75003 Paris
http://www.galerierx.com

Baptiste Debombourg est représenté par la galerie Patricia Dorfmann au 61 Rue de la Verrerie, 75004 Paris http://www.patriciadorfmann.com

A LIRE : 
Sandra Hegedüs expose Julio Villani (Les invitées de la Galerie RX)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *