2 min. de temps de lecture.

Aujourd’hui, notre invité Pierre Oudart, poursuit sa carte blanche, il nous parle de la Villa Noailles.

[Suite…] Puisque l’on m’avait enlevé le collage de Richard Baquié, il fallait bien que je me procure une nouvelle oeuvre pour mon bureau. J’avais d’ailleurs pris goût à ma visite dans les sous-sols de La Défense qui abritent le Fonds national d’art contemporain depuis les années 1990, et encore pour quelques années avant leur déménagement à Pantin. J’aimais tellement ces visites, que, quelques années plus tard, en 2007, ces réserves seront ma véritable motivation pour rejoindre le CNAP… avec les souvenirs du salon de l’enfance au CNIT dans les années 1970.

Je suis donc retourné voir Agnès. Cette fois, mon regard se porte sur une photographie de plus grand format, construite sur une géométrie rigoureuse que contredit le délabrement de la scène. Il semble bien que ce soit une piscine. Mais peu importe. Ce qui me retient, c’est le contraste entre l’ordonnancement de l’architecture et cet abandon, comme une ruine moderne.
« Stéphane Couturier » annonce Madame de Gouvion Saint-Cyr. « C’est une commande publique ». Je ne prête alors pas attention au site de la prise de vue.
Je vivrai ainsi trois mois avec cette photographie avant qu’elle ne parte, pendant l’été 2001, là où elle avait été prise : à la Villa Noailles, à Hyères, chef d’oeuvre de l’architecte Mallet Stevens.

En 2007, je retrouverai la photographie dans les réserves et découvrirai aussi, pour de bon, la Villa Noailles et son incroyable vitalité. Sous l’impulsion de Jean-Pierre Blanc, son directeur, elle a été restaurée et elle est devenue un centre d’art unique en son genre. Le trentième anniversaire de son festival de mode a vu se côtoyer Karl Lagerfeld et la Princesse de Monaco. Mais la Villa s’ouvre aussi aux enfants de la ville avec son festival « Pitchouns » et aussi à ceux qui ne partent pas en vacances…

Samedi dernier, 10 février 2018, c’était le vernissage d’une exposition étonnante : « domestic pools – piscines privées » qu’il faut aller voir. La villa abrite en effet la première piscine couverte dans une maison privée. Depuis, la piscine est devenue l’élément indispensable de la maison de villégiature. L’exposition savante et ludique à la fois, montre que les meilleurs architectes ont réalisé des piscines étonnantes. L’ensemble est surprenant.
Depuis 2007, je suis devenu un habitué de la Villa Noailles au point de m’y sentir parfois chez moi. Je l’ai visitée en toute saison. J’y ai même dormi, seul. Jean-Pierre Blanc m’avait commandé le texte du catalogue de l’exposition du photographe Grégoire AlexandreHistoires parallèles. Mon texte commençait ainsi : Nous étions joyeux, ces jours et ces nuits, goûtant les espaces de la villa et leur transparente rigueur. Et parfois nous célébrions la gravité du soir.

Cependant, nous n’avons pas tous vu les mêmes ombres, ni frémi aux mêmes cris. Et si certains ont cru voir des fantômes, d’autres ont joué aux fantômes.
Les fantômes de la Villa Noailles sont débonnaires. Ils vous accompagneront dans votre visite et si vous êtes joyeux, vous pourrez même entendre le rire de la vicomtesse de Noailles, amoureuse des arts et mécène des artistes.
Quant à la collection du FNAC, je ne sais pas pourquoi elle me prédit mon avenir.

INFORMATIONS PRATIQUES
La Villa Noailles
Montée de Noailles
83400 Hyères
La villa Noailles est ouverte tous les jours du mercredi au dimanche de 13h à 18h. Nocturne le vendredi de 15h à 20h
http://villanoailles-hyeres.com/festival-2018/pw/

Leave A Comment

Your email address will not be published.