Carte blanche à Pierre Oudart : Les Nouveaux Territoires de l’art

3 min. de temps de lecture.

Je vous donne rendez-vous à Marseille, les 16, 17 et 18 février à La Friche de la Belle de mai pour un colloque international intitulé : Les Nouveaux Territoires de l’art. Plus de 180 personnalités, venues de tous les pays du monde, viendront partager leurs expériences. Des centaines d’artistes, mais aussi des chercheurs, des femmes et des hommes politiques, et même des ministres ,se rencontreront dans la cité phocéenne pour inventer les nouvelles formes d’action artistique d’aujourd’hui et de demain. Les journées seront rythmées par des ateliers et des tables rondes : vers une nouvelle époque de l’art ? Présences artistiques sur les territoires, l’art à l’épreuve du réel ; nouveau modes de création artistique ; un nouveau monde… Tels sont les intitulés des items du programme proposé. Un pôle ressources occupera plus de 600 m², proposera des ouvrages dans toutes les langues. Il y aura aussi un espace bibliothèque et un espace librairie…

Ne vous précipitez cependant pas trop vite.

Vous êtes un peu en retard, et même de plusieurs années.

Le colloque a eu lieu… en 2002.

A l’heure où les politiques culturelles publiques peinent à trouver un nouveau souffle, l’aventure, au tournant de ce siècle, des Nouveaux Territoires de l’art, appelés aussi : Lieux intermédiaires. demeurent depuis 16 ans la dernière tentative en grandeur réelle de renouvellement en profondeur de l’action artistique et culturelle. Michel Duffour, communiste, nommé Secrétaire d’Etat au patrimoine et à la décentralisation culturelle dans le gouvernement de « gauche plurielle » de Lionel Jospin, flanquait Catherine Tasca. Elle était conservatrice quand il était novateur. Le duo tirait souvent à hue et à dia. Mais, sous l’impulsion de son directeur de Cabinet, Alain van der Malière, qui avait trouvé chez Peter Handke, le joli terme de lieu intermédiaire, Michel Duffour, sur la base d’un rapport commandé à Fabrice Lextrait, alors Secrétaire général de la Friche de la Belle de mai, allait lancer un programme qui est resté unique en son genre : repérer et soutenir, partout sur le territoire, les expériences artistiques nouvelles menées par des artistes de toutes les disciplines. Cela semblait alors révolutionnaire : donner la parole aux territoires plutôt qu’aux normes venues des bureaux parisiens des directions du ministère. Cela ne s’était pas produit depuis la décentralisation théâtrale d’après-guerre. L’énergie était incroyable et l’espoir infini. Cela ne se reproduira pas.

Car, tout cela s’est échoué sur le terrible iceberg du 21 avril 2002. Ensuite, plus rien n’a été comme avant. Le Cabinet du ministre suivant avait même énoncé que l’on ne donnait pas des cathédrales à des saltimbanques. Beaucoup des lieux qui étaient présents en 2002 vivent pourtant encore, grâce aux collectivités. Mais le temps des pionniers était passé. Même la Friche de la Belle de mai s’est institutionnalisée et ses utopies d’une gouvernance participative sont rangées au placard… des utopies.

Et pourtant, il reste à Marseille au moins un lieu qui garde la ferveur des premiers jours. Il a été inventé par un artiste qui y tient encore sa compagnie. Il s’agit de Montevideo et l’artiste est Hubert Colas. Lieu dédié aux auteurs, lieu convivial de résidence, de création et de diffusion, il tient son nom exotique de l’impasse Montevideo, qui donne sur la rue Breteuil. Et là, vous pouvez y aller, vous ne serez jamais en retard. Du 16 au 25 février, le lieu s’associe avec La Collection Lambert en Avignon pour présenter l’artiste François-Xavier Courrèges, dont les oeuvres seront en écho avec des œuvres de Carlos Amorales, Elina Brotherus, Jason Dodge, Nan Goldin, Jonathan Horowitz, Delphine Kreuter, Jo Lansley et Helen Bendon, Robert Malaval, Duane Michals, Yan Serandour, David Shrigley, Salla Tykkä… Le vernissage, c’est vendredi 16 février à 18h30 avec un DJ Set de John Deneuve… Et cette fois, ce n’est pas une blague, c’est bien en 2018.

INFORMATIONS PRATIQUES
La Collection Lambert
François-Xavier Courrèges,Nan Goldin…
Je T’aime, Je T’aime (MP2018)
Du vendredi 16 au dimanche 25 février 2018
3, impasse montévidéo
13006 Marseille
Entrée libre
http://www.montevideo-marseille.com/montevideo/accueil.html

http://www.artfactories.net/Les-Nouveaux-territoires-de-l-Art,875.html

http://www.actoral.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *