521 Views |  2

Notre invitée de la semaine est Elisabeth Bret Sayer

2 min. de temps de lecture.

Cette semaine, nous accueillons Elisabeth Bret Sayer, directrice de la collection et du prix « Un photographe pour Eurazeo » et photographe engagée dans la lutte contre le cancer auprès des équipes soignantes et des patients de l’institut Gustave Roussy, elle nous partagera, jusqu’à vendredi, ses coups de cœur…

Photographe formée à l’École des Gobelins, Élisabeth Bret a choisi de s’emparer de sujets hors des sentiers battus : Au cœur d’une tribu papoue en Nouvelle Guinée, en partageant la vie d’une famille laotienne, sous les yourtes de familles mongoles dans les steppes d’Asie Centrale ou dernièrement chez les Inuits dans le grand Nord.
Spécialiste des régions et des peuples d’ailleurs, elle a fait aussi de sa passion photographique un engagement pour la lutte contre le cancer, en immersion aux cotés de malades et de médecins de l’Institut Gustave Roussy.
Ce qui lui importe n’est pas le nombre de kilomètres parcourus, mais les rencontres et cette impression de dépaysement que l’on trouve parfois à seulement quelques mètres de chez soi.
Son travail de photographe est un éloge de sensibilité, elle ne mitraille pas les gens qu’elle rencontre, elle ne leur vole rien. Doucement avec timidité, générosité et sincérité elle se livre, elle échange.

Eurazeo, société de capital investissement édite tous les ans un rapport annuel prestigieux. Pour illustrer ce document un peu austère j’ai proposé à Patrick Sayer, son président d’organiser avec Jean Francois Camp un concours photo dont les images du lauréat seraient intégrées sous forme de portfolio. 
Ce prix qui a maintenant huit ans récompense soit des auteurs confirmés tel Jean François Rauzier ou Hans Silvester, mais aussi des plasticiens comme Muriel Bordier ou Michel Kirsch, de jeunes photographes comme Alexandre Parrot et Christophe Dugied et cette année un grand Photojournaliste Gilles Coulon.
Un jury de personnalités ou l’on retrouve Helene David- Weill, Jean Luc Monterosso, Emmanuelle de L’Ecotais, Dimitri Beck, Corinne Thorillon, le président et le directeur financier d’Eurazeo, le lauréat de l’année précédente, Jean François Camp et moi-même désigne chaque année le lauréat. 
Nous préparons actuellement le prix 2018. 

Le Portrait chinois d’Elisabeth Bret Sayer

Si j’étais une œuvre d’art : une peinture de Munch
Si j’étais un musée ou une galerie : l’annonciade à St Tropez
Si j’étais un(e) artiste : Meryl Streep
Si j’étais un livre : Requiem pour Nagasaki de Paul Kleen
Si j’étais un film : Au revoir là-haut réalisé par Albert Dupontelle
Si j’étais un morceau de musique : My name is Luka de Suzanne Vega
Si j’étais une photo accrochée sur un mur : mes enfants
Si j’étais une citation : La critique est aisée, l’art est difficile
Si j’étais un sentiment : Empathie
Si j’étais un objet :  une balance Roberval
Si j’étais une expo : l’art brut à la maison de Victor Hugo
Si j’étais un lieu d’inspiration : Belzanne par Bersac sur Rivalier
Si j’étais un breuvage : Pouilly fumé blanc
Si j’étais un héro/héroïne : Mère Tereza
Si j’étais un vêtement : gros pull douillet en hiver, robe légère en été

Retrouvez les Cartes blanches de notre invitée tout au long de la semaine :

> Carte blanche à Elisabeth Bret Sayer : Les voyages m’ont donné goût aux reportages (mardi 20 mars 2018)
> Carte blanche à Elisabeth Bret Sayer : Sarah Trouche (mercredi 21 mars 2018)
Carte blanche à Elisabeth Bret Sayer : Ymer & Malta (jeudi 22 mars 2018)
> Les Bons Plans d’Elisabeth Bret Sayer : Belzanne et ses environs (vendredi 23 mars 2018)