Carte blanche d’Elisabeth Bret Sayer : Sarah Trouche

1 min. de temps de lecture.

Aujourd’hui, notre invitée de la semaine, Elisabeth Bret Sayer, directrice de la collection et du prix « Un photographe pour Eurazeo » et photographe engagée, nous parle de Sarah Trouche. Diplômée de l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris, d’un MFA à Los Angeles et d’un master de Performance-Making à la Goldsmith University de Londres, Sarah Trouche est une artiste polymorphe ; à la fois performer, photographe, sculpteur et videaste.

Elle offre son corps au discours d’autrui et aux problématiques qui l’entourent. Lauréate en 2014 du prix de la Villa Médicis Hors murs, elle a participé à de nombreuses expositions en France et à l’étranger; Fondation d’entreprise Ricard , Musée départemental de Rochechouart , Manifesta Zurich, Armory show New York, Art Basel Miami etc…

Le corps nu, accroché ou repeint, se jette aux yeux du monde dans un acte ou il devient la page blanche d’une histoire à raconter. Elle choisit de déshabiller le corps pour lui redonner son état universel.Il sert de réceptacle aux récits et actionne ce que l’artiste appelle « un Manifeste du mouvement »

Sarah trouche est en train avec Wynn Holmes, une chorégraphe et danseuse canadienne, de crée une pièce chorégraphique : Vertical Strike /Je ne peux pas rester silencieuse.

Deux artistes engagées qui font graviter cette création autour du corps mais pas seulement puisqu’elle parle des femmes aux femmes. Le but est de donner un accès à la scène à chaque femme issue du monde du spectacle. Cela respire l’émancipation de la Femme et du statut de Femme artiste.

Avec son nouveau projet de sculpture Sarah Trouche réinvente le haut relief. Dans les pièces « Chrysalides d’une chorégraphie arrêtée » son corps est figé et recouvert de cuir dans un mouvement infini. Sarah cherche à aborder le corps, son sujet de prédilection d’une façon nouvelle. La performance devient objet. « Le cuir compose la nouvelle peau de ces portraits de mouvements emballés, figés dans la grâce d’un instant et d’une délivrance »(Victor Maziere)

Sa prochaine performance aura lieu le 14 mai aux Beaux arts de Paris à l’occasion de Jeune création 2018 et L’exposition « Images en lutte »

Le 17 mai la pièce chorégraphique  Vertical Strike sera présentée en avant première au Générateur de Gentilly.

Sarah expose également en août prochain dans un solo show à la BBAX Gallery à Santa Monica LA et elle participe à la biennale de la Havane à Cuba en novembre prochain.

www.sarahtrouche.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *