Carte Blanche : La Vidéothèque de Carine Dolek

3 min. de temps de lecture.

Pour cette troisième carte blanche, notre invitée de la semaine, Carine Dolek, co-fondatrice et membre du comité artistique du festival Circulation(s) dédié à la jeune photographie européenne partage avec nous ses films coups de cœur !

FENSTER ZUM SOMMER Fenster zum sommer (une fenêtre sur l’été) , 2011, Hendrik Handloegten

Une femme se réveille un matin, et l’homme qu’elle aime ne la reconnaît plus, n’a jamais été dans sa vie. Que faire? Quelle est la part de volonté et de destin?
Un bijou

Simon Konianski, 2009, par Micha Wald

Mes parents sont polonais. Je n’ai jamais autant rit en ayant l’impression qu’on me raconte ma propre famille. Tout y est.

Vampires, 2010, Vincent Lannoo

Je ne me lasse pas des films sur la monstruosité/la normalité. Ni du cinéma belge. Alors quand il y a les deux…

La merditude des choses, 2009, Felix Van Groeningen

La famille. En faire partie, puis grandir.

Animal Kingdom, 2010, David Michôd

Le vrai film de mafieux, dans le sens où personne n’est glamour, et la violence retournée sans remords contre les siens, éclatant puissamment le mythe de la famille plus forte que tout distillé depuis le Parrain.

Michael Haneke, surtout Benny’s video et Caché

https://www.youtube.com/watch?=Q4cYiBPPSQg

Un polémiste qui pose des questions difficiles. Benny’s video, un ado qui devient un assassin par hasard, et dont les parents dissimulent le crime, et Caché, ne serait-ce que pour sa magistrale séquence de début et son sujet peu traité aussi finement, la culpabilité.

Le mépris, 1963, JL Godard

Je suis accro à Moravia.

Uxbal va mourir. Tout se ligue contre lui, et il se bat pour faire le bien, pour être juste, pour aimer.
Tout Innaritu, depuis 21 grammes et Amores Perros à Babel et Biutiful. Tout.

Jacques Audiard : Sur mes lèvres (2001) et De battre mon coeurs s’est arrêté

Des personnages qui finissent par devenir eux-mêmes.

Intimité, Patrice Chéreau

La chair. Le désir. Le sans importance qui devient primordial. « Maybe you give her a lot »

In the mood for love, 200, Wong Kai Wai

La leçon d’amour et de sensualité, dans les vapeurs des soupes à emporter et les glissements des robes fendues en soie.

Le grand embouteillage , 1979, Luigi Comencini

Coincée sur par oute dans un embouteillage, c’est toute la société italienne des 70’s

Exit through the gift shop, 2010, Banksy

Qui est Banksy?

Affreux, sales et méchants, Ettore Scola,

La misère la plus crasse, physique et morale, dans un bidonville de Rome, une famille dysfonctionnelle, conséquence d’une société dysfonctionnelle. « La famille c’est comme les godasses, plus qu’ elles vous serrent, plus qu’ elles vous font mal »

Blair Witch Project, 1999, Daniel Myrick et Eduardo Sanchez

Une idée simple, pour un budget ridicule, un lancement génial, les gens croient encore à l’existence de la sorcière et à la mort de l’actrice principale!

Clerks, 1994, Kevin Smith

Jay et Silent Bob! Kevin Smith pour toujours. Ses conférences sont des merveilles d’acuité et d’ironie.

Roman Polanski, La vénus à la fourrure, 2013

Une actrice passe un casting.

Les frères Cohen. Tout.

JC comme Jésus Christ, Jonathan Zaccai, 2012

Un ado est un réalisateur surdoué est un ado est un réalisateur surdoué

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *