5 min. de temps de lecture.

Trois expositions, trois médiums, trois artistes ouvrent cette saison printanière de LaBanque à Béthune. Trois expositions qui, malgré des différences narratives, ont un point commun, l’entre-deux. Entre présence et absence avec un jeu d’espace temps pour Pierre Ardouvin. Entre force et fragilité pour Rachel Labastie. Entre ici et ailleurs, fiction et réalité pour Brian Griffin.

Du 17 mars au 15 juillet 2018, LaBanque, centre de production et de diffusion en arts visuels, installé comme son nom l’indique dans l’ancienne banque de France de Béthune, nous propose trois expositions monographiques qui sont le fruit de la rencontre entre des artistes, un territoire et un lieu.

Brian Griffin nous propose avec « Between here and nowhere » une aventure photographique et énigmatique dans ce territoire nordique où se mêlent les résidus des derniers conflits mondiaux, le peuple ouvrier et une terre agricole vouée à la pomme de terre.

Le lieu a inspiré à Pierre Ardouvin une installation géante qui nous invite dans une histoire totalement folle, inspirée de ses influences littéraires et références artistiques. « Retour d’Abyssinie » est une balade des profondeurs de la terre aux profondeurs de l’âme.

« De l’apparence des choses, Chapitre VI, Des Forces » de Rachel Labastie perturbe le champ de force tranquille des appartements bourgeois de la banque. Avec ses sculptures de terres molles, ses feux de terre cuite, ses avant-bras tendus par des sangles de déménageurs, elle convoque un certain nomadisme.

Ce jamais (entre)-deux sans trois expositions dense que nous propose LaBanque nous fait emprunter le chemin de contrebandiers côtier, de nos certitudes. Là où il n’y a pas qu’une seule vérité.

Je vous propose aujourd’hui un aperçu de l’exposition de Pierre Ardouvin et demain nous visiterons les expositions de Rachel Labastie et Brian Griffin.

PIERRE ARDOUVIN
« RETOUR D’ABYSSINIE »

Fidèle à sa pratique Pierre Ardouvin dévoile la part cachée de nos fossiles culturels, de ce qui en eux « gît » de la mémoire collective et individuelle. Il en exprime les fantasmes, les souvenirs, les renoncements et les rêves avec mélancolie et humour au moyen de sculptures, d’installations, d’images retouchées et de dessins.

Pierre Ardouvin investit le grand plateau de Labanque ainsi que ses sous-sols. Lorsque l’on arrive sur le plateau, la première chose qui attire l’œil dans cette semi pénombre ce sont des bijoux de pacotille qui jonchent le sol ça et là. On a l’impression d’arriver après un casse où tout est parti en vrille, une espèce de « very bad trip » version braquage. Impression renforcée lorsque l’on prolonge le regard et que l’on aperçoit des pieds cachés derrière des rideaux épais aux imprimées de grottes.

Le parcours de l’exposition volontairement libre est sous la forme d’une déambulation. Les œuvres peuvent être vues comme un ensemble ou distinctes les unes des autres. Formant un tout dans une configuration éphémère liée au lieu et au temps de l’exposition, elles sont reliées entre elles par l’installation visuelle (les bijoux) et sonore Au réveil il était midi qui investit la totalité des espaces.

Au-delà de ces rideaux qui représentent des grottes, de la semi pénombre, des pierres précieuses au sol, nous prenons vite conscience que nous sommes finalement dans une caverne plus mystérieuse qu’elle n’y parait. Nous sommes entrainés dans les profondeurs de l’imaginaire et un jeu de présence /absence. Quelques détails confirment que l’histoire est plus complexe.

Une réplique réalisée en imprimante 3D du Palais Idéal du Facteur Cheval trône sur une autre réplique, celle de la civière en bois dessinée par Rimbaud qui le transporta lors de son retour d’Abyssinie. Utopie en voyage ? Rimbaud et le Facteur Cheval ont créé des œuvres magistrales sans avoir voyagé. Rimbaud voyagera après avoir écrit son œuvre. Deux voyages intérieurs nés d’une fulgurance et d’un rêve d’ailleurs.

Juste en face un tapis représente le gouffre de Padirac, qui, vu de l’intérieur en contreplongée, s’ouvre sur le ciel. La perspective s’en trouve renversée. Depuis le plafond et jusqu’au sol pend une colonne de bijoux fantaisie prend des allures de corde pour s’échapper ou d’un geyser figé dans le temps. Tout cela nous entraine dans un rêve où se mêlent évasion et chute, angoisse et merveilleux. Nous sommes suspendus dans un espace temps indéfini.  Les repères sont tous modifiés, avec un effet d’ « upside-down » de deux mondes parallèles qui se font face. Les profondeurs de la terre face aux profondeurs intérieures.

Pierre Ardouvin est passionné de littérature de science fiction et il nous embarque pour un voyage dans les méandres de l’imaginaire et du rêve.  Cette vision à deux faces est poursuivie par les tableaux exposés dans la pièce d’à coté, la seule pièce vraiment éclairée de ce Retour d’Abyssinie. Cette série de tableaux composés de reproductions inversées de cartes postales des années 60 aux couleurs criardes reliées en elles par un jeu de peinture de l’artiste ; certaines sont pailletées à la manière des cartes de noël. Un assemblage proche de l’écriture automatique autour du thème du souvenir.

Dans la salle aux archives au sous sol nous sommes dans les enfers avec des éclairs lancés par un jeu de lampes stroboscopiques dont la forme d’éclairs reste gravée dans notre mémoire rétinienne. Toujours au sous sol, deux autres œuvres majeures de Pierre Ardouvin ont été réactivées pour l’occasion. Pour la première, nous entrons dans la reproduction d’une salle d’attente de médecin des années 60 qui, telle une tombe égyptienne, serait une pièce d’archéologie. La seconde, Les larmes de Oum Kalsoum, au centre d’une pièce, une fontaine réalisée avec une petite piscine pour enfant. Cette œuvre possède une dimension poétique et politique. L’eau chante en même temps que la voix envoutante d’Oum Kalsoum, un voyage qui nous emmène au Moyen Orient avec son rêve de liberté.

Entre les bijoux, les souvenirs, les éclairs, les sculptures hommage à la science fiction et l’heroïc-fantasy dont l’artiste est fan, finalement ce voyage nous emmène dans l’univers créatif et fantastique de Pierre Ardouvin lui même. Un voyage étourdissant !

> Rendez-vous demain, vendredi 13 avril 2018 pour la seconde partie de l’article.

INFORMATIONS PRATIQUES
Pierre Ardouvin « Retour D’abyssinie »
Rachel Labastie « De L’apparence Des Choses, Chapitre Vi, Des Forces »
Brian Griffin « Between Here And Nowhere »
Du 17 mars au 15 juillet 2018
LABANQUE
44, place Georges Clémenceau
62400 BETHUNE
Ouvert tous les jours de 14h à 18h30
Fermé le 1er mai
http://www.lab-labanque.fr

Leave A Comment

Your email address will not be published.