Chagall, Lissitzsky, Malevitch l’avant-garde russe à Vitebsk (Centre Pompidou)

1 min. de temps de lecture.

La ville de Vitebsk actuellement en Biélorussie à l’occasion du centenaire de la nomination de Chagall comme « commissaire aux Beaux Arts » est mise en lumière par une remarquable exposition au Centre Pompidou qui retrace le ferment de cette aventure artistique collective sans précédent.

« Pendant ces quelques mois, il y avait une vraie fusion entre l’art et la vie, dans une ville réelle » Angela Lampe

Angela Lampe, la commissaire de l’exposition parle d’une « nouvelle société en train de naître, à ce moment-là. »
Chagall prend à coeur cette mission dans un esprit révolutionnaire et démocratique, son école visant ainsi les classes prolétaires qui n’avaient pas forcément accès à la culture et prévoyant également la création d’un musée contemporain.
Chagall fait venir El Lissitzsky, architecte qui à son tour invite Kazimir Malevitch, plus charismatique et apprécié des élèves, ce qui conduira à l’éviction du maître, trahi par ses amis. Chagall ira jusqu’à quitter l’école en 1920 pour partir à Moscou.
Les suprématistes ont le champ libre et transforment la ville. Arborant chacun un carré noir cousu sur la manche de leur veste, ils se regroupent en un collectif baptisé « Ounovis » et déploient leurs idées dans tout l’espace public. Parmi les membres moins connus : Iouri Pen,  Ivan Pouni, Vera Ermoaleva, David Iakerson ou Robert Falk.
Mais l’avancée des Bolchéviques sonne le glas de l’aventure et chacun poursuit sa route, Malevitch à Petrograd et Lissitzsky à Berlin, cette courte parenthèse restant l’une des plus fécondes.

A travers cet ensemble exceptionnel de 250 œuvres russes majoritairement nous découvrons cette utopie qui s’écrit dans une petite ville de province, loin des grands courants d’alors. La reconstitution d’une tribune de Lénine de Lissitzsky (1920-24) est l’une des œuvres phares de l’exposition !

Infos pratiques :
Chagall, Lissitzky, Malevitch. L’avant-garde russe à Vitebsk, 1918-1922
jusqu’au 16 juillet 2018
centre Pompidou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *