1 min. de temps de lecture.

L’île du levant et les photographes d’Héliopolis

Depuis 1931, quand les frères André et Gaston Durville ont fondé le village d’Héliopolis, l’un des premiers paradis naturistes du monde, de très nombreux artistes et photographes sont venus travailler sur l’île du Levant et ont célébré la beauté et la magie de cet endroit.

Je pense au magnifique film des frères Durville « La création d’Héliopolis » en 1932, aux dessins et aux photographies de Honor David Gell, puis à celles de Serge de Sazo, de Bob Harvest, de Goldner, d’Eliott Erwitt, de Kurt Hutton ou d’Alain Lartigue.

Et plus récemment à Richard Destatte, Jean Miaille, Guy Thouvignon et Hervé Lassince.

La liberté. Celle des corps et d’une nature préservée. Un certain art de vivre aussi, simple et édénique. Voilà ce qu’ont capturé les photographes de l’île du Levant.

Un livre, commandé par la villa Noailles, a d’ailleurs été consacré à cette île de l’archipel des Stoechades avec les superbes photos d’Olivier Amsellem.

Par ailleurs, chaque année depuis trois ans, l’association culturelle levantine NU2 commande à des artistes des films tournés intégralement sur l’île.

Après Marc Turlan en 2017, ce sera Antoine Grulier et Margaux Salarino qui le réaliseront en 2018. Ce film sera projeté le 6 août, lors de la 3ème édition de « La nuit des étoiles filantes » à Héliopolis, sur le port de l’Ayguade, avec aussi une performance dansée de Grégoire Schaller, une exposition des photographies de Richard Destatte et des peintures d’Adrien Pelletier, et la musique de DJ Crame. Et bien sûr, l’observation des étoiles filantes, toute la nuit, avec l’équipe de l’Observatoire du Pic des Fées à Hyères !

Autre rendez-vous à ne pas manquer : des rencontres autour de l’histoire du naturisme à Héliopolis : les 2 et 3 juin avec Jean Da Silva et Bernard Andrieux, à la villa Noailles et à Héliopolis

Leave A Comment

Your email address will not be published.