3 min. de temps de lecture.

Nous avons rencontré Xavier Franceschi alors qu’une double actualité l’anime, que ce soit au Plateau ou au Château de Rentilly dans le Grand Paris de l’art contemporain. Il nous dévoile en exclusivité ce qu’il imagine de totalement inédit pour la rentrée au Château !

1. L’exposition actuelle A Study in Scarlet : intentions et enjeux

La programmation que je mets en place au Plateau est tournée vers ce que la création contemporaine peut avoir de plus expérimental et dans ce contexte j’invite évidemment des artistes, mais aussi de jeunes commissaires d’exposition qui viennent réaliser bien souvent leur premier projet d’ampleur. Ainsi se sont succédé Guillaume Désanges, Elodie Royer/Yoann Gourmel, Philippe Decrauzat/Mathieu Copeland, François Aubart. C’est dans cet esprit que j’ai invité Gallien Déjean tant j’ai pu apprécier ses partis pris radicaux à travers les projets qu’il a menés notamment au sein de Treize la structure qu’il a co-fondée. A Study in Scarlet, l’exposition que l’on a mise en place avec lui, se concentre en particulier sur l’artiste britannique Cosey Fanni Tutti, véritable mythe vivant en Angleterre, mais finalement assez méconnue en France où elle n’avait jusqu’à présent fait l’objet d’aucune exposition. Au sein du collectif COUM Transmissions, puis du groupe mythique Throbbing Gristle mais aussi par une démarche personnelle visant en particulier à infiltrer le monde de la pornographie, elle a réalisé au milieu des années 70 et jusque dans les années 80 un travail que l’on peut qualifier d’historique. Mais ce qui est intéressant dans l’exposition, c’est que si Cosey Fanni Tutti en occupe la place centrale et que l’on peut donc avoir une idée précise de ce qu’elle a produit, il ne s’agit pas pour autant d’une exposition personnelle qui lui serait consacrée. Son travail est relié à celui d’autres artistes – notamment d’une jeune génération – qui incarnent eux aussi une forme de subversion et de liberté totales.

2. Autre actualité, au Château de Rentilly Le Paradoxe de l’iceberg en partenariat avec le Frac Grand Large – Hauts-de-France

Au Château, le principe est d’inviter une fois sur deux une autre institution détenant une collection. Ainsi alternent expositions réalisées avec la collection du Frac Ile-de-France et expositions conçues à partir d’autres collections. Evidemment, quand on pose les choses de la sorte, on imagine très vite que l’on va pouvoir inviter d’autres Frac… Ainsi le Frac Grand Large. J’ai pensé à ce Frac en particulier d’une part parce que la collection est magnifique et d’autre part parce que l’institution a depuis peu une nouvelle directrice, Keren Detton, qui pouvait de fait poser et proposer un regard neuf sur cette collection. Je n’ai pas été déçu. Quand on parle de la collection du Frac Grand Large (ex Nord-Pas-de-Calais) on évoque souvent cette partie, très riche, consacrée au design. Keren a d’une certaine façon pris le contrepied de cette vision quelque peu réductrice pour proposer une exposition donnant à voir certes certains des chefs-d’œuvre de la collection – Carl Andre, Joseph Beuys, Jannis Kounellis, Pier Paolo Calzolari… -, mais également d’autre artistes beaucoup moins connus qu’il s’agit de découvrir. Notamment Christine Deknuydt, artiste morte prématurément, dont le travail est précisément le point de départ du projet.

3. Prochains projets, les expositions de rentrée dont vous êtes le commissaire

Pour le Plateau j’ai invité un artiste d’origine israélienne qui vit à Los Angeles, Elad Lassry dont ce sera la première exposition en France alors qu’il occupe à mon avis une place très importante dans le champ de la création d’aujourd’hui. On le connaît pour son travail photographique et la façon dont il travaille la perception de l’image par le biais d’une variété d’interventions et d’explorations allant de la sculpture, au film, à l’installation scénographiée.

Au Château, en septembre, il s’agira cette fois d’un projet construit à partir de la collection du Frac Ile-de-France. Et il sera construit en grande partie par le fruit du hasard : une lettre de l’alphabet sera tirée au sort et tous les artistes de la collection dont le nom commencera par cette lettre auront leurs œuvres systématiquement exposées. Tout le monde peut participer au tirage au sort via notre site. Donc, avant le 10 juin, venez cliquer et peut-être déterminer la future exposition !

Infos pratiques :

« A Study In Scarlet »
Frac Le Plateau
jusqu’au 22 juillet 2018

22 rue des Alouettes
75019 Paris

Du mercredi au dimanche de 14h – 19h
Entrée libre

« Le paradoxe de l’iceberg »
Frac Le Château
jusqu’au 22 juillet 2018

Parc culturel de Rentilly
Communauté d’agglomération de Marne et Gondoire
Domaine de Rentilly, 1 rue de l’étang
77600 Bussy-Saint-Martin

Mercredi et samedi 14h30 – 17h30
Dimanche 10h30-13h et 14h30-17h30

Leave A Comment

Your email address will not be published.