1 min. de temps de lecture.

Les années 60-80 de la côte adriatique italienne, le juke-box et les gelati, la Vespa et les filles en beauté, à qui pensez-vous? Ne cherchez pas, ils sont deux, Federico Fellini avec ses « Vitelloni » et Claude Nori avec ses « Vacances en Italie ».

À l’aîné laissons le film pour nous plonger dans le livre du cadet et retrouver intacts les émois d’un jeune homme qui photographie comme il drague, avec autant de justesse que de désir, aussi habile a susciter les sourires qu’a transmettre la saveur d’une glace en cornet sans l’avoir encore goûtée. Ces parfums-là habitaient déjà le tout premier livre du genre, « Vacances à l’italienne »,  publié par Claude Nori éditeur chez Contrejour en 1987.  La référence au cinéma qui, avec les jeunes filles et l’Italie occupe une grande place dans la vie de Nori, apparaît déjà, incontournable et fantasmatique, amalgamant les titres de deux films qui ont marqué la génération des parents : « Vacances romaines » et « Divorce à l’Italienne ». Il faut croire que la moisson toujours renouvelée des photos, à la faveur notamment des voyages faits avec l’ami regretté Luigi Ghirri, était assez bonne pour que le deuxième livre publié par Marval en 2001 disparaisse en quelques mois, épuisé. L’ouvrage publié aujourd’hui chez Contrejour reprend au titre près la maquette d' »Italian Holidays » publié cette même année 2018 par l’éditeur allemand Sturm und Drang, enrichi d’images inédites, vibrant de ce mélange si singulier d’érotisme et de pudeur, de séduction solaire et de franche coquetterie.

L’aventure éditoriale de son amour pour l’Italie et pour les ragazze, Nori la raconte dans la longue et belle introduction  qu’il fait remonter aux années de son adolescence toulousaine, quand, entraîné par un père et une mère immigrés italiens vers les rivages adriatiques, il se découvre une sève amoureuse pour tout ce que lui offre la frange estivale et sensuelle de ses origines, au delà de la saveur du salami et de la fatigue de la Tour de Pise. Et quand ce troisième livre montre dès l’ouverture un photographe plutôt beau gosse, bermuda et lunettes noires, balader son appareil et ses dix-sept ans aux côtés de la pimpante Sandra, on comprend que cette Italie-là  ne lasserait jamais son monde.

INFORMATIONS PRATIQUES
Claude Nori, Vacances en Italie
184 pages 23 x 28 cm, couleur et noir et blanc
Editions Contrejour, relié
40 Euros.
http://www.editions-contrejour.com

Tags

#livre

Leave A Comment

Your email address will not be published.