Tous les articles par Raphaël Cauhépé-François

Raphaël CAUHÉPÉ-FRANÇOIS est auteur photographe, créateur d’œuvres multimédia et directeur artistique. Il s’est formé à l’Image à l’Université Paris 8-Saint-Denis et sur des tournages pendant plus de 10 ans, comme 1er Assistant Chef Opérateur de Prise de Vue, essentiellement sur des longs-métrages de fiction. La recherche de nouveaux horizons le conduit à Marseille où il réalise des films de commande et des créations (documentaires, films expérimentaux). A l'École Nationale Supérieure de Photographie d’Arles, il concrétise son projet photographique, autour du Paysage, de l’Espace et de l’Ailleurs, avec des expositions dans des festivals et en galeries, des éditions et des publications. Tout au long de son parcours, les images fixes et animées interagissent et élargissent son champ d’action et de perception. Les outils numériques lui permettent d’œuvrer pour une réelle passerelle entre les deux disciplines. Basé au Pays Basque depuis 2012, il expose dans de nombreux lieux de la région, devient Directeur Artistique du festival « Les chemins de la Photographie d’Ascain » et co-fonde le Collectif IMAGINeART. Aujourd’hui et en parallèle de commandes privées et institutionnelles, Raphaël Cauhépé-François poursuit ses travaux de créations en région Nouvelle Aquitaine. http://www.raphart.net

KARNAVAL de Corentin Folhen, à la Galerie L’Angle Photographie, Hendaye

L’Angle Photographie accueille pour son second cycle d’exposition, Corentin Fohlen avec sa série KARNAVAL, extraite du livre éponyme « KARNAVAL JACMEL » aux éditions Light Motiv. La Galerie L’Angle Photographie est une nouvelle galerie dédiée à la photographie, située à Hendaye (64).

Avec sa série KARNAVAL réalisée in-situ, Corentin FOLHEN s’attache aux histoires humaines fortes et engagées qui donnent à voir une situation loin de l’attendu.

KARNAVAL

Chaque année dans la petite ville de bord de mer de Jacmel, au sud d’Haïti, a lieu le plus important carnaval du pays. Pour l’occasion, les habitants se sont créés leur costume durant l’année. Certains sont réalisés en papier mâché par des artisans qui sont nombreux dans cette ville où la création artistique est omniprésente. Les déguisements sont influencés par le vaudou mais également par le quotidien, singeant la société civile, inspirés de la nature, ou d’animaux sauvages de lointaines contrées…

Corentin FOLHEN est né, vit et travaille à Paris. Photo-reporter indépendant depuis 2005, il est distribué par l’association de photographes Divergence. A partir de 2012, il s’est lancé dans un travail au long cours sur Haïti, pays dans lequel il a effectué une vingtaine de séjours. Montrant une autre image de cette île loin des poncifs misérabilistes souvent associés à celle-ci, il y explore la richesse culturelle et humaine avec une réflexion sur les conséquences de la mainmise internationale.

Lauréat de plusieurs prix prestigieux parmi lesquels le Visa d’Or du Jeune Reporter à Perpignan en 2010, deux World Press Photo en 2011 et 2016, le prix du meilleur reportage AFD-Libération en 2016, deux Sony World Photography Awards en 2015 et 2018, Corentin FOLHEN a exposé son travail dans de nombreux pays dont Haïti.

http://www.corentinfohlen.com/2017/01/karnaval/

INFORMATIONS PRATIQUES
KARNAVAL
Corentin Folhen
Du 16 juin au 05 août 2018
Galerie L’Angle Photographie
6, rue des citronniers
64700 Hendaye
Vernissage le 16 juin de 18h à 21h en présence de l’artiste qui signera également son ouvrage.
En partenariat avec les Chemins de la Photographie
Entrée libre
https://www.langlephotos.fr
http://www.lightmotiv.com/?page=editions&idkey=33

L’angle, une nouvelle galerie s’ouvre à Hendaye

Le Pays Basque vit une belle dynamique photographique avec l’ouverture de la galerie L’ANGLE, à Hendaye à mi-chemin entre Biarritz et San Sebastian (Espagne), sous la direction de Didier Mandart, designer et passionné de photographie.

Curieux de questionner par l’image notre relation au monde, L’ANGLE conviera tous les publics à la découverte, à l’échange et à l’apprentissage de la photographie d’art contemporaine dédiée au voyage dans toute sa diversité de sens.
Ainsi la galerie permettra l’accueil et des rencontres régulières avec des auteurs photographes venus transmettre leur regard artistique sur notre environnement, nos cultures et nos sociétés contemporaines.

Pour sa toute première exposition, L’ANGLE présente le travail de Xavier Blondeau et David Tatin, deux artistes qui chacun à leur manière, interrogent d’emblée notre place d’observateur et ce que l’on partage de notre environnement commun. Il est doublement question ici d’un voyage où l’imaginaire de l’absence côtoie la réalité d’une présence, fut-elle furtive. A la frontière des mondes du jour et de la nuit, s’installe un jeu de cache-cache qui dialogue entre le visible et le mystère, l’homme et l’animal, l’urbain et le sauvage…

Inauguration le 4 mai 2018 de 18h à 21h
Exposition_001 du 4 mai au 6 juin 2018 Xavier BLONDEAU – Présence obscure David TATIN – Bestiaire

Les artistes seront présents à la galerie et signeront leurs ouvrages respectifs, le 05 mai pour David Tatin, le 06 mai pour Xavier Blondeau.

L’ANGLE expositions_médiations_formations
6, rue des Citronniers
64700 Hendaye
contact@langlephotos.fr
http://www.langlephotos.fr
https://www.facebook.com/langlephotos/
https://www.instagram.com/l_angle_photographies/

Appel à Candidature : Les Chemins de la Photographie

Ascain est un village basque, situé à 10 minutes de Saint Jean de Luz sur la route menant au fameux petit train de la Rhune. Chaque été depuis 5 ans, le cœur du village bat son plein avec des photos en grand format sur ses édifices, ses rues, ses chemins et des expositions dans les commerces et lieux d’exposition. Photographes, vous avez jusqu’au 18 mars pour participer à l’appel à candidature!

Qu’ils soient amateurs ou professionnels, ces photographes mêleront leurs regards du 9 juin au 9 août prochain sur le thème “Rites, Symboles et Liberté”.

L’appel à candidature est ouvert à tous.tes jusqu’au 18 mars sur le site www.festives.net et les photographes professionnels sélectionnés bénéficieront d’un abonnement à Pixtrakk web pour une durée d’un an.

Pour cette cinquième édition Agathe Gaillard est l’invitée d’honneur pour son engagement à faire reconnaître la Photographie comme un médium incontournable de l’Art.

Invitée d’honneur de l’édition 2018

Le 10 juin 1975, l’exposition du photographe américain Ralph Gibson inaugure la galerie d’Agathe Gaillard . Cette élégante femme blonde et élancée, alors mariée au photographe Jean-Philippe Charbonnier, crée l’événement en ouvrant la première galerie uniquement dédiée à la photographie. Sa volonté : montrer le travail des photographes non censuré, exposer le tirage original, et le vendre. Elle veut donner à la photographie le statut d’oeuvre d’art. Avec plus de 250 expositions, elle a couvert un large éventail de cet art. Allant de ce que l’on considère aujourd’hui comme des classiques : André Kertész, Bill Brandt, Edward Weston ou mettant en avant les jeunes photographes d’alors : Bernard Faucon, Hervé Guibert.

INFORMATIONS PRATIQUES
Les Chemins de la Photographie 2018
Thème : Rites, Symboles et Liberté
Appel à candidature : 18 mars 2018
Participation de 25€
Festival du 9 juin au 9 août 2018
Ascain (64 – Pyrénées Atlantiques)
https://www.festives.net

 

Insecurities : Tracing Displacement and Shelter au MoMA

ou Comment montrer 60 millions d’êtres humains en fuite dans le Monde ?

Dans le cadre de la mission « Citizens and Borders » (Citoyens et Frontières), que se donne le MoMA, avec les oeuvres en sa possession.

C’est par l’angle de l’Architecture contemporaine et d’une installation collective (68 artistes) que le MoMA nous embarque dans ce « chaos ». Le parti pris n’est pas alarmiste, mais esthétique et bien ancré dans le réel, comme pour toucher en plein coeur la sensibilité du visiteur.

L’entrée de l’exposition donne le ton avec le très grand format d’une montagne de gilets de sauvetage oranges en vue plongeante, « Europe’s New Borders » (les nouvelles frontières de l’Europe), du photographe danois Rasmus Degnbol. Puis on entre dans l’installation, un abri  (A Better Shelter) est érigé au centre. 

«Ces abris et ces camps sont en réalité quasi-permanents », déclare Sean Anderson, conservateur adjoint au Département d’Architecture et Design du MoMA, qui a organisé l’installation avec Ariele Dionne-Krosnick

En arrière plan, l’immense carte du monde, de l’artiste indienne Reena Saini Kallat, faite de filets, câbles électriques, haut-parleurs et circuits imprimés, intitulée « Woven Chronicles » (Chroniques Tissées), met en couleur les très complexes flux de l’exil.

Finalement aucun grand bouleversement n’est survenu entre 1937 avec « Young Mother, a Migrant, California » de Dorothea Lange et 2016, à Calais, vu par le photographe néerlandais Henk Wildschut.

Si peut-être un détail !  L’humain a disparu…

Il faut se mettre au ras du sol pour espérer « trouver son ombre dans les ruines et les décombres » avec l’installation de l’artiste vietnamienne Tiffany Chung («Finding One’s Shadow in Ruins & Rubble »). Ou le chercher encore dans l’extrait d’un funeste rapport sur les réfugiés morts pour la quête d’un meilleur lendemain en Europe (par UNITED for Intercultural Action). On pourra y trouver toute la description de décès absurdes et indolores…

On ressort de là, perplexe, face à l’échec de notre Monde « civilisé » à rendre le vivre ensemble possible et fondamental, mais rempli d’espoir que des artistes internationaux s’emparent de la problématique. 

EXPOSITION
Insecurities : Tracing Displacement and Shelter
Jusqu’au 22 janvier 2016
MoMA – The Museum of Modern Art
11 West 53 Street (btwn 5th and 6th Aves)
New York, NY 10019
USA
https://www.moma.org

Blue Sky Days de Tomas Van Houtryve à New York

Jusqu’au 31 décembre, l’Anastasia Photo Gallery expose Blue Sky Days de Tomas Van Houtryve.

Vu dans la vitrine de la galerie Anastasia Photo, au 143 Ludlow Street, New York City, le regard s’arrête sur une sorte de grand échiquier, où les pièces se définissent par leurs ombres… 

Au premier abord les images semblent abstraites, fortement contrastées, puis l’oeil perçoit les détails mais sans certitude : Mariage ou enterrement ? Enfants ou séniors ? Séance de yoga ou de prières ? Pompiers ou militaires ? L’Artiste nous regarde vue du ciel à 90°, on se sent épié, espionné… on perd peu à peu pied avec la réalité. L’idée d’anonymat ou de vie privée est désormais sous surveillance !

Une vidéo présente la démarche du photographe Tomas Van Houtryve et plonge frontalement le visiteur dans le sujet : a drone’s-eye view of America (L’Amérique vue par l’oeil d’un drone). 

Tomas Van Houtryve cherche à rendre visible des thèmes qui échappent au regard de l’esprit et cite Albert Camus pour résumer sa démarche artistique engagée : «Par définition, un gouvernement n’a pas de conscience. Parfois, il a une politique, mais rien de plus « .

La série Blue Sky Days est composée de tirages noir et blanc grands formats (100x150cm), d’une vidéo et de portfolios à consulter sur une magnifique table en bois brut au centre de l’espace.

La Galerie Anastasia Photo diffuse essentiellement des reportages documentaires ou de photo-journalisme. L’équipe dynamique accueille collectionneurs et visiteurs du mardi au dimanche de 11h à 19h. La galerie est située à deux pas du New Museum au sud de l’East Village.

Blue Sky Days a été publiée dans le NY TimesTime MagazineHarper’s Magazine et a reçu de nombreuses récompenses dont Infinity Award par International Center of Photography et World Press Photo.

EXPOSITION
Blue Sky Days
Tomas Van Houtryve
Jusqu’au 31 décembre 2016
Gallery Anastasia Photo
143 Ludlow St.
New York, NY 10002
USA
212-677-9725
http://www.anastasia-photo.com

Références/Liens :
Le site de Tomas Van Houtryve : http://tomasvh.com/
La vidéo de Tomas Van Houtryve : https://vimeo.com/104614159
New Museum : http://www.newmuseum.org/
Presse : http://lens.blogs.nytimes.com//2014/10/28/bringing-the-drone-war-to-american-skies/
http://time.com/3627980/drone-country-see-america-from-above/
http://harpers.org/archive/2014/04/blue-sky-days/
Prix : https://www.icp.org/infinity-awards/past-recipients http://www.worldpressphoto.org/collection/photo/2015/contemporary-issues/tomas-van-houtryve?gallery=2900401

Photomage, Crypte Saint Eugènie à Biarritz

Il reste 2 jours pour découvrir les 10 photographes exposés dans le cadre de Photomage, opération visant à promouvoir l’Art photographique en région Nouvelle Aquitaine et ses auteurs.

On retiendra Abel Bourgeois et son exposition « 5 jours en Toscane », qui transporte le visiteur dans un univers chimérique constitué de paysages vus au travers d’un objectif fabriqué sur une table de cuisine avec du cellophane, de l’eau, des bouts de plastique et quelques boulons…

A voir également « Tarifa-Tanger » de Marine Lecuyer qui explore deux territoires au moyen de surimpressions oniriques.

Et la série de portraits « Nagaland » de Jean-Christian Cottu qui immortalise d’anciens chasseurs de têtes Konyak, du Nord-Est de l’Inde, avant que cette tribu ne s’éteigne.

Avec également les expositions de Fabien Cayere, Christian David-Marquilly, Alain Etchepare, Fabrice Lassort, Bruce Milpied, Manu Pallman, Sophie Pawlak.

EXPOSITION
Photomage
Jusqu’au 20 novembre 2016
Crypte Sainte-Eugénie
sous l’église Sainte-Eugènie
Place Sainte-Eugénie,
64200 Biarritz, France
Ouvert tous les jours de 14h à 19h
Entrée libre
http://www.photomage.info/
http://www.abel-bourgeois.com/wordpress/
https://marinelecuyer.com/
http://www.jeanchristiancottu.com/home/