Archives de catégorie : #ThePlace2B

Les Bon plans à Montreuil de Philippe et Marion Jacquier

Pour leur dernier jour de carte blanche, nos invités de la semaine Philippe et Marion Jacquier, directeurs de la galerie Lumière des Roses basée à Montreuil, partagent avec nous leurs bonnes adresses de cette commune de Seine-Saint-Denis.

Bons Plans Photo : 

  • 1 – Certains photographes ne connaissent de Montreuil que l’Atelier Philippe Guilvard, 53 rue Marceau, pour ses sublimes tirages couleurs
  • 2 – Pour les amoureux de l’argentique : Isabelle Menu est tireuse professionnelle, un métier devenu rare, et c’est une perle ! Atelier Isabelle Menu 32, rue de Vitry
    http://www.atelier-isabellemenu.com
  • 3 – Freddy Denaes est éditeur, réalisateur, collectionneur et bien d’autres choses encore. Les Editions de l’œil, c’est lui ! 7 Rue de la Convention
    https://www.editionsdeloeil.com

Bon plan cinéma : L’incontournable Méliès, sa superbe programmation et les passionnants débats animés par son directeur, Stéphane Goudet. 12 Place Jean Jaurès
http://meliesmontreuil.com

Bon plan Musique: Ecouter le quintet des Hot Rascals jouant des classiques du swing dans l’ambiance chaleureuse du bar Les Longs Quartiers, 54 rue Gambetta. Les Hots Rascals viendront animer le vernissage de notre prochaine exposition intitulée « Zones », à la galerie le samedi 22 septembre : au programme les classiques de Django Reinhardt.
https://www.facebook.com/bistro.alq/

Bon plan restaurant : Un lieu qui vient d’ouvrir : Les Pianos, 26 rue Robespierre à deux pas du métro, avec concerts de jazz tous les samedis soir et lectures de poésie par le propriétaire-poète Philippe Burin des Rosiers.
https://www.facebook.com/lespianosmontreuil/

Bon Plan courses : forcément une AMAP quand on habite Montreuil !
http://www.montreuil.fr/la-ville/mieux-consommer/

Bon plan foot : matchs de la Coupe du monde dans l’arrière salle du bar « Le Montana », 45 rue Michelet.
https://www.facebook.com/Lemontanabar/

Les Bons Plans Marseillais de Selma Bella Zarhoul

Pour cette dernière journée de carte blanche, notre invitée de la semaine, Selma Bella Zarhloul, curatrice indépendante, partage avec nous ses bonnes adresses de cité phocéenne.

Mes recommandations à Marseille où je vis désormais une partie de l’année. Je suis loin d’avoir exploré la ville et les environs mais voici déjà quelques lieux que j’affectionne portés par des gens généreux et passionnés :

Le Centre Photographique de Marseille
74 rue de la Joliette 13002 Marseille
http://centrephotomarseille.fr

Fermé le Lundi
130 Boulevard de la Libération, 13004 Marseille
http://www.fermelelundi.com

Galerie 1Cube
34 Boulevard National, 13004 Marseille
http://www.1cube.art

Galerie Où
Lieu d’exposition pour l’art actuel
58, rue Jean de Bernardy 13001 Marseille
http://www.ou-marseille.com

Montévidéo
3 impasse montévidéo 13006 Marseille
http://www.montevideo-marseille.com

Le Pangolin
131 Corniche JF Kennedy 13007 Marseille
https://fr-fr.facebook.com/LePangolin131/

Salon du salon
21 Avenue du Prado, 13006 Marseille
http://www.salondusalon.com

Sept Clous (Patrick Raynaud)
150 Rue de Crimée, 13003 Marseille
https://www.septclousamarseille.com

Tchikebe
34 Boulevard National, 13001 Marseille
http://www.tchikebe.com

Et exception hors Marseille : La Maison Robert Doisneau à Gentilly, Mickael Houlette, son directeur bâtit chaque jour, un peu plus un lieu photographique intelligent en résonnance avec le monde.
1 Rue de la Division du Général Leclerc, 94250 Gentilly
http://www.maisondoisneau.agglo-valdebievre.fr

Les Bons plans d’Erick Gudimard

Pour Manger je conseille : Pane e Tulipani à coté de la Kunstverein à Hambourg (Les pâtes aux truffes), La Vielle Pelle à Marseille, malgé le bruit parfois présent (toutes les pizze d’Eric – l’entrecôte Gorgonzola ou les Calamars à la Provençale de Laurent), Schangai Kitchen à Marseille aussi (il faut tout essayer les même les oreilles farçies), le Stravaigin à Glasgow (la panse de brebis farci revisité), mais surtout Le Central à Roanne en face de la gare (le bistrot des Troisgros).

Pour Boire : Le Barjac ou le Pazou à Marseille, Le Mala Ryba à Prague (pour lire ou boire une Becherovka). Toujours à Prague mais pour boire une bière : U Vystřelenýho oka, qui n’a pas changé depuis 30 ans. Et enfin le Bar Brel à Glasgow.

Pour boire et manger ma brasserie parisienne préférée : Le Comptoir Voltaire

Toutes les adresses sont sur qwant !

Sinon ma radio : Radio Doumdoum

Les Bons Plans de Kaunas à… Cergy

Pour cette dernière journée de carte blanche, nos deux invitées de la semaine, Sylvie Hugues et Mathilde Terraube, les deux directrices artistiques du festival du Regard qui ouvre ses portes aujourd’hui partagent avec nous leur bonnes adresses. De Cergy, lieu d’accueil du festival pour la première, et de Kaunas en Lituanie pour la seconde. Départ immédiat.

> Direction Cergy-Pontoise avec Sylvie

Je voudrais tordre le cou à quelques idées reçues. A tous ceux qui pensent que Cergy-Pontoise c’est trop loin, qu’on ne sait pas trop où on va pouvoir déjeuner ou boire un verre, voici quelques bonnes adresses pour passer des journées très agréables dans cette ville attachante du Val d’Oise. Dans le Grand Centre, à deux pas du Carreau, Hilo propose des Pokés délicieux à base de produits frais et bois. Je vous conseille la salmon teriyaki qui mélange riz vinaigré, saumon frais, guacamole, edamane et chou chinois. (26 rue des galeries, http://www.hilofood.com. Pour les amateurs de cuisine africaine, il est impératif de déguster le poulet yassa, la salade casamance ou l’assiette mic-mac , le tout accompagné d’un jus de bissap chez Afrik’N’fusion (12 square Columbia, https://www.afriknfusion.fr) Après avoir traversé le parc François Mitterrand, on peut aussi déjeuner face à la mer ! Enfin presque, Port-Cergy est un port de plaisance fluvial établi au bord de l’Oise dont les quais sont piétons. Les restaurants avec terrasse donnant sur la marina et les bateaux amarrés y abondent. Notre choix : le Millesime pour les gourmands (planche de charcuterie espagnole, filet de bar rôti, gambas…) et la taverne des rois pour ceux qui préfèrent l’ambiance bistro et la cuisine traditionnelle française (la salade nordique, les burgers sont des valeurs sures). On a presque l’impression d’être en vacances…

Alors vous hésitez encore à venir au Festival du Regard ?

INFORMATIONS PRATIQUES
Festival du Regard
Du 8 juin au 8 juillet
Thème : Adolescence
12 photographes exposés (expositions personnelles) : Claudine Doury (invitée d’honneur), Coco Amardeil, Martin Barzilai, Delphine Blast, Jerôme Blin, Françoise Chadaillac, Siân Davey, Guillaume Herbaut, Gil Lefauconnier, Reiko Nonaka, Marion Poussier et Thibaud Yevnine
+ Exposition collective : « les ados vus par… » : Sabine Weiss, Bernard Plossu, Françoise Nunez, Marc Riboud, Michael Ackerman, Denis Dailleux, Ingar Krauss, Jean-Claude Gautrand et Jean-Christophe Béchet.
Cergy Pontoise
http://www.festivalduregard.fr

> Direction Kaunas avec Mathilde

Galerie :
Kauno Fotografijos Galerija
Vilniaus g.2
https://kaunasgallery.lt
I-V      11h – 18h
VI-VII 11h – 17h

Musées :
Musée d’art National M.K. Ciurlonis
K. Donelaičio g. 16, Kaunas
I-VII     11h – 17h

Musée du Diable
V. Putvinskio g. 64, Kaunas
I-VII     11h – 17h

Restaurants/Bar:
Sandėlis by Volfas Engelman
Muziejaus g. 8, Kaunas
V-IV 18h – 00h

Monte Pacis
T. Masiulio g. 31, Kaunas
I – IV 12h – 23h
V- VI 12h – 22h
VII 12h – 23h

Bons Plans d’Eric Dereumaux : Restaurants asiatiques en bonne compagnie

Je resterai sur l’Asie dans des différents quartiers de Paris et entre amis

Quartier du trocadéro, restaurant coréen WOO JUNG
avec mon ami Jérémie Cho et sa cave bien garnie !
8 boulevard Delessert – Paris 16
01 45 20 72 82

Quartier du Palais Royal, le bistrot MEE
petit frère du réputé Gwon’s Dining situé dans le 15ème
avec le chef Monsieur Gwon, une vraie personnalité à rencontrer !
15 rue d’Argenteuil – Paris 01
01 42 86 11 85

Dans le Marais, restaurant japonais SOMA
avec mon ami Marwan Risk au petit soin !
13 rue Saintonge – Paris 03
09 81 82 53 51

Toujours dans le Marais, dégustation de Sushi au Petit Japonais
avec mon ami Julie Cote Colisson, toujours avec le sourire !
13 rue Cloche Perche – Paris 04
01 44 61 93 73

Vous allez vous régaler !!!

Les Bons Plans lyonnais d’Héloïse Conesa

Se promener dans les rues biscornues et les « traboules » qui montent à la Croix Rousse, s’arrêter à la galerie Le Réverbère, déjeuner au bistrot Chez Lucien rue Belfort, faire quelques emplettes à l’Instant Poétique sur le boulevard de la Croix-Rousse ou flâner dans le lieu hors du temps qu’est le jardin Rosa Mir créé par Jules Senis. Puis redescendre sur la Presqu’île par la cour des Voraces et ses escaliers à la Piranèse, contempler quelques-uns des chefs-d’œuvre de la collection Delubac (toiles de Bacon ,Bonnard, Miro, Picasso…) au Musée des Beaux-Arts et aller déguster la sublime tarte à la praline de la pâtisserie Debeaux.

A LIRE
Notre invitée de la semaine est Héloïse Conesa

Les Bons Plans d’Albert Benamou

Direction Paris, pour les bonnes adresses de notre invité de la semaine, le galeriste et collectionneur Albert Benamou.

– Les bouffes du Nord
37 bis Boulevard de la Chapelle
75010 Paris
http://www.bouffesdunord.com

La closerie des lilas
171 Boulevard du Montparnasse
75006 Paris
http://www.closeriedeslilas.fr

Galerie Suzanne Tarasieve
7, rue Pastourelle
75003 Paris
Passage De L’atlas / 5, Villa Marcel Lods
75019 Paris
http://suzanne-tarasieve.com/

Marché rue Poncelet
75017 Paris

Pont Alexandre III

« Vieux Bistrot », île de la cité

Le Balzar – restaurant
49 Rue des Écoles
75005 Paris
http://www.brasseriebalzar.com

L’atelier de Robuchon
Hôtel du Pont Royal
5 Rue Montalembert
75007 Paris
https://atelier-robuchon-saint-germain.com

A LIRE : 
https://www.mowwgli.com/39202/2018/05/14/notre-invite-de-la-semaine-est-albert-benamou/

Les Bons plans de Phnom Penh de Christian Caujolle

Pour cette dernière journée de carte blanche, notre invité de la semaine, Christian Caujolle a souhaité partager avec nous ses bonnes adresses, il nous propose de poser nos valises à Phnom Penh, dans la capitale du Cambodge.

Le Musée National du Cambodge.

Contigu du Palais royal et de l’Université Royale des Beaux Arts un bâtiment superbe, en référence à l’architecture religieuse des pagodes, avec un patio très agréable et la plus belle collection d’art khmer au monde. Une collection déployée avec une muséographie hors temps, qui nécessite que l’on flâne pour explorer des merveilles dans les vitrines, comparer l’exceptionnelle collection de lingams, choisir le sourire que l’on préfère chez les nombreux bouddhas, s’attarder devant des stèles à écriture pré-angkorienne ou prendre son temps devant le Vishnu couché en bronze, sublime, datant de la seconde moitié du XIème siècle.
2 : Centre Bophana : 64 rue 200. Créé par Rithy Panh, ouvert depuis 2006, le centre de documentation collecte dans le monde entier les archives, essentiellement visuelles, sur le Cambodge dont la quasi totalité a été détruire durant la dictature Khmère rouge. Les collections sont accessible sur rendez-vous et, partiellement, sur internet.
Par ailleurs Bophana assure une importante fonction de formation, entre autres de documentalistes, de techniciens du cinéma ou de l’audiovisuel et de nombreux jeunes réalisateurs sont nés de cette formation. C’est aussi grâce à Bophana que le nouveau cinéma cambodgien, qui a maintenant ses structures autonomes, s’est développé.
Le Centre présente régulièrement des expositions de jeunes artistes et photographes.

Marché O’Russey

On le préfèrera ( sauf si l’on recherche des pierres précieuses…) au marché central dont la magnifique architecture remarquablement restaurée peut suffire. O’Russey, c’est le vrai marché des phnom penhois. Celui où l’on trouve tout, aussi bien de l’informatique que des poissons séchés, du poivre de Kampot ou des jouets en plastique ( importés de Chine), d’antiques machines à piler la glace ( magnifiques objets), des cloches pour animaux, en corne ou en métal, des vanneries en ratan, en feuille de palme, de bananier, en bambou, des fruits et légumes, des cordages magnifiques, des vêtements de travail, par exemple. Ne surtout pas rater, au dernier étage, les boutiques des tailleurs et des dames qui confectionnent les costumes de mariage. Et si vous cherchez à offrir des fleurs un peu tard – tout est relatif – c’est là qu’il faut aller.

Institut Français du Cambodge.

218 rue 184 ( 218 Keo Chea)
Il y a les cours de langue, la médiathèque ( où l’on trouve Photo Poche et 700 titres offerts par les Rencontres d’Arles il y a quelques années ), une belle galerie, un bar agréable et un restaurant. Depuis un an le lieu reprend sa fonction sous la houlette de Bernard Millet et se souvient avec bonheur qu’il fut le centre de l’activité culturelle de Phnom Penh quand Roland Celette aux débuts puis Alain Arnaudet ( aujourd’hui à La Friche Belle de mai à Marseille) étaient aux manettes.

Java Café & Gallery.

56 Sihanouk Blvd.
Il y a maintenant trois « Java » à Phnom Penh, dont un nouveau, tout près du marché « Russe », qui est dédié à la danse et aux arts de la scène. Dana Langlois a, depuis plus de vingt ans, créé des lieux accueillants, y a exposé tous les artistes importants du pays, a toujours soutenu les jeunes créateurs et a financé cela avec le café ( excellent ) et la boulangerie pâtisserie. Bien avant la vogue actuelle des cafés de toutes sorte, du pire souvent… Celui du centre, tout près du Monument de l’Indépendance est l’adresse historique et sa terrasse est délicieuse.

Friends, 215 Street 13.

C’est l’un des deux restaurants de l’ONG qui recueille et forme des enfants des rues, l’une des plus anciennes, créée par le français Sébastien Marot. Elle assure la scolarisation puis la formation, entre autres à des métiers de la restauration, de milliers d’enfants. Ce restaurant tout proche du Musée National est le plus ancien, un accueil toujours chaleureux, une nourriture de qualité et la boutique toute proche propose des objets réalisés par les enfants avec des matériaux de récupération. Cet endroit, dont la cour est marquée par un magnifique arbre multi centenaire va devenir dès la fin de l’automne une pépinière d’entreprises culturelles et un lieu pour la culture.

Russian Market : psaar Tuol Tom Pong, en khmer.

On dit que c’est le marché des tourists. C’est vrai, de plus en plus, même si en cherchant on trouve de très bonnes étoffes, entre autres des vrais kramas ( foulard traditionnel ) en coton, on peut y manger très bien dans les petits restaus au centre et il y a toujours des découvertes à faire. Et toujours une incroyable collection de DVD pirates, y compris des intégrales en coffrets ( parfois ils ont des bugs…).Tout autour, en fouinant, on peut dénicher quelques pièces intéressantes chez les antiquaires / brocanteurs, entre autres des poteries venues d’Angkor. Mais il y beaucoup de copies et d’objets de déco de qualité médiocre.

La Plantation, 28 Street 184

Dans un ancien bâtiment colonial, en plein centre, un hôtel très agréable, comme tous les établissements inventés par Alexis de Surremain. Un lobby autour d’un bassin carré, qui accueille régulièrement des expositions, tout près une petite piscine rouge, dans la seconde cour une immense piscine autour de laquelle on peut déjeuner ou dîner, à moins que l’on préfère la terrasse sur rue.

Chinese House. Quai Preah Sisowath, dans la direction de l’amabassade de France et du pont dit « japonais ».

Une des plus belles maisons anciennes de Phnom Penh. Bar au rez-de-chaussée, restaurant ( sophistiqué, généralement bon mais vraiment trop cher ) à l’étage où l’on peut admirer une des plus étonnantes charpentes qui soit. Un bon programme d’expositions et un lieu où passer un agréable moment.

Titanic

Au bord du fleuve, un restaurant de très bonne qualité, grand, avec une vue imprenable sur le ballet des petites embarcations sur le Tonlé Sap, un service en général impeccable, d’excellentes « demoiselles du Mékong », ces langoustes d’eau douce au goût très délicat et des spécialités de viande de buffle dont, depuis peu, un carpaccio ! Ambiance hors du temps et l’on pourrait se passer du « spectacle » de la danseuse traditionnelle.

Théâtre Chaktomuk, Quai Preah Sisowath.

Sur le bord du fleuve, tout près du Palais royal, la meilleure salle de spectacles de la capitale où se produit régulièrement le ballet royal. C’est également le cœur du festival international de cinéma. Une très belle architecture, à ne pas oublier quand on suit le quai pour aller vers le nouveau Phnom Penh de Koh Pich, l’île aux diamants, immortalisée par le film de Davy Chou, Diamond Island ( à voir absolument ).

Palais Royal et Pagode d’Argent.

Un peu par principe. Beau, certes, surtout la pagode. Et ne pas rater l’étonnant pavillon, dit « des courtisanes », offert par Napoléon III au roi du Cambodge.

Ostende par toutes les saisons

Architecture : La reine des plages

Il règne un charme rétro sur la ville et dès la sortie de la gare. Dotée d’une architecture d’inspiration française Belle Epoque, son hall classé est l’objet d’importants travaux de restauration. Le souverain Leopold II est un passionné de chemin de fer et c’est sous son impulsion qu’Ostende devient la reine des plages avec un casino, un tram, un hippodrome, une galerie couverte pour se promener le long de la plage, des thermes… Des vestiges encore bien présents qui ont certainement séduits les deux maîtres que sont James Ensor et Léon Spilliaert dont le Mu.ZEE possède des œuvres de premier plan. Actuelle exposition : James Ensor et Léon Spilliaert.

Art et littoral

Année 2018, hommage à James Ensor
L’exposition James Ensor, un rêve de nacre (à partir du 12/05) au Mu.ZEE organisée avec le musée Royal des Beaux Arts d’Anvers, dans le cadre du programme Ensor Research Project.
La Maison James Ensor rouvre ses portes !

La relève actuelle :
Deux grands maîtres d’Ostende) et aussi une génération d’artistes plus proches, tels Arno Quinze qui dans le cadre de Beaufort04 a conçu « Rock Strangers » sur la digue, des rochers aux couleurs rouge-orange ou Kris Martin et Altar sur la plage inspiré de l’Agneau Mystique de Van Eyck.
La Triennale de Beaufort, concept audacieux lancé en 2003 par Willy Van den Bussche, conservateur du Musée d’art moderne d’Ostende sur les 65 kms du littoral de Knokke le Zoute à la Panne (10 communes participantes), voit au fil de ses éditions un musée à ciel ouvert se constituer.
Pour Beaufort 2018, la commissaire Heidi Ballet (notre interview à suivre) a retenu 3 artistes pour Ostende : Stief DeSmet (monument for a Wullok), Guillaume Bijl (Sorry) et Basim Magdy (No Shooting Stars).

Autres incontournables culturels :

Le Crystal Ship de Guido van Helten (qui se prend pour notre JR ?) avec l’agrandissement du visage du pêcheur Norbert Desmidt, sur un silo au quai Henri Bael, clin d’œil à la vocation portuaire de la cité.

Mercator et Amandine, deux navires à visiter,
Le Mercator est un joyau du passé maritime belge, entièrement restauré en 2009.
En 1935, il se rendit à l’île de Pâques où une statue monumentale (Moaï) fut chargée à bord. Un an plus tard, en 1936, le navire devint mythique en ramenant la dépouille du père Damien depuis Hawaï. Le Mercator servit également sous pavillon anglais lors de la seconde guerre mondiale.

Amandine, l’hommage aux pêcheurs en mer d’Islande.

La gastronomie : saveurs de la mer

Ce sont les chefs qui en parlent le mieux; Luc Deklerck (Bistrot Mathilda) « Six pêcheurs côtiers sont encore actifs à Ostende et ils nous livrent presque chaque jour des crevettes fraîches..
Christophe Snauwaert (Toi Moi et la Mer) « Je laisse carte blanche à mon fournisseurs de poisson de la criée d’Ostende, qui nous livre au quotidien son arrivage du jour.
Outre ses 2 adresses, nombreuses brasseries parmi lesquelles,

Avec vue sur mer
Brasserie Albert fait partie du célèbre hôtel « Thermae Palace » à Ostende. Le décor est luxueux avec une touche de nostalgie
Koningin Astridlaan 7
http://www.thermaepalace.be

Waterhuis (pour les plus pressés, en face de la gare)
http://www.waterhuisoostende.be/

CultuurCafé dans l’immeuble De Grote Post un bâtiment classé, à caractère moderne, qui a été conçu par Gaston Eysselinck et qui a servi pendant des décennies comme Bureau de poste et propose à présent un programme de spectacles et arts vivants remarquable.
Sa table : un peu chère mais le décor est à ce prix !

Hendrik Serruyslaan 18A
Oostende 8400
http://www.degrotepost.be/cultuurcafe

La galerie d’art Beau Site
propose également une table dirigée par la propriétaire Ann Rommelaere à la fois locale et internationale, de part ses voyages :

Albert I-Promenade 39
http://www.galeriebeausite.com

‘T VISTRAPJE (guide Michelin)
Visserskaai 37
Oostende 8400
http://www.vistrapje.be

Cuisine du monde : Thaï
Tao bar-loundge
Langestraat 24-26
Ostende
http://tao-oostende.be/

Bon marché :
Passe-Vite
Hertstraat 1, Ostende 8400

Mazure
Kapellestraat 4, Ostende 8400

Pause café et brunch: Coffee Shop Familie Jansen
Tester le « kokoslimoentje » un café avec du citron vert et du lait de coco. Les dimanches matin le brunch.
Kapucijnenstraat 2
Oostende 8400
http://www.defamiliejansen.be/

Pâtisserie-salon de thé Caruso
Nieuwstraat 29
Oostende 8400
http://www.caruso.be

Une bonne glace :

Gelato Maxzim
Hertstraat 3, Ostende 8400

Apéritifs :
Les 2 bières d’Ostende : « Keyte » (une bière triple ou double-triple blonde ou ambrée) et la « Schelpje » (une bière blonde)

Le cocktail d’Ostende l’été : Negroni à base de gin-campari-vermouth

Hôtels/Chambres d’hôte

Leopold Hotel
Van Iseghemlaan 110, 8400 Oostende
https://leopoldhotelostend.com

B&B :
Villa les Pâquerettes (avec jardin charmant)
Velodroomstraat 43, 8400 Oostende

La passion interdite (immeuble classé)
Porto Bello Bed & Breakfast

Avec les longs week-ends de mai, profitez-en !

Organiser votre séjour :
https://www.visitoostende.be
http://www.visitflanders.com
www.thalys.com et SNCB (la compagnie belge pour le trajet de Bruxelles à Ostende)

Les Bons Plans de Carine Dolek : De Cracovie à Marseille…

Petit tour d’horizon avec les bonnes adresses de notre invitée de la semaine, Carine Dolek, co-fondatrice et membre du comité artistique du festival Circulation(s). Direction Cracovie, Bruxelles, Paris et Marseille ! La cité phocéenne étant depuis peu, le lieu de vie et d’exploration de notre invitée.

A Cracovie

les bonnes glaces de Good Lood: deux parfums par jour, annoncés le jour même sur la page Facebook, et dès les beaux jours au moins une heure de queue avec une file qui met tout le monde d’accord, bonnes soeurs, familles, touristes et papis
http://www.goodlood.com

Les soupes comme à la maison, à la betterave ou aux cornichons marinés, pour à peine deux euros, et les gâteaux de compétition. A raison d’un gâteau au chocolat et sarrasin par jour, un week-end c’est trop court!
https://www.tripadvisor.fr/Restaurant_Review

La mine de sel de Wieliczka, à l’histoire millénaire, devenue un lieu touristique, avec visites guidées, plus ou moins sportives selon les gouts. De vraies cathédrales de sel, où les gens se marient et où se tiennent réceptions et séminaires, des sculptures réalisées par des mineurs génialement doués, un parcours dingue dans les galeries, entre plafonds à lustres de sel gemme et reconstitutions façon Disneyland, lacs souterrains, cafétéria et même un spa et une salle de concerts. Magique.
https://www.kopalnia.pl

A Bruxelles

Le Botanique, pour la salle de concert et les expos. S’ils faisaient chambre d’hôtes je n’en partirai plus: la semaine prochaine à ne pas rater le concert de ISHA, la scène hip hop bruxelloise, et l’expo du moment Eyes Wild Open, « la photographie qui tremble », avec que du très bon dedans.
http://botanique.be

Le tipi book shop d’Andrea. Il a eu le malheur d’y mettre un canapé confortable et une table basse, et d’insuffler une sensation de comme à la maison. ça + sa sélection fantastique + sa patience surhumaine en font un incontournable des amateurs de photos, de livres et de canapés. Et bien sûr Hors Format de Laurent de Hemptinne, et l’incontournable caverne d’Ali Baba Peinture Fraîche.
https://tipi-bookshop.be

Un petit vin blanc sec et fruité avec des grignotages de poisson délicieux, des croquettes de crevettes, des tapas de saint Jacques, debout tranquilou dans la rue chez Nordzee, avant de filer chez Blondeel à deux pas de là pour terminer sur un chocolat merveilleux.
http://vishandelnoordzee.be/

A Paris

Pour le matcha au chocolat noir bien chaud et la tartelette au yuzu, Umami à Paris
http://umamiparis.com/matchacafe/

Les Filles du Calvaire of course, et la galerie Esther Woerdehoff évidemment!
http://www.fillesducalvaire.com
http://www.ewgalerie.com

Le fils du soleil, restaurant colombien délicieux. Le ceviche tue, les cocktails sont à tomber, les empanadas à la viande ou végétariennes sont merveilleuses et même s’ils n’ont rien à voir avec Esteban Zia, forcément on fredonne les cités d’or en entrant, pas la peine de nier.
https://www.facebook.com/pages/Restaurant-Colombien-Le-Fils-du-Soleil/101107326641618

À Marseille

Le restaurant japonais à tomber par terre
https://lefooding.com/fr/restaurants/restaurant-tako-san-marseille

La librairie galerie de Soraya Amrane, discrète et tenue avec passion, à une rue du Cours Julien.
http://zoeme.net

Après la mine de sel, le nid à pépites « post graffiti »
http://www.backsidegallery.fr