Le Collectif Elles S’Exposent

Chargement de la carte…

Dates
07/09/2018 - 21/09/2018

Horaires
Toute la journée

Lieu
L’Arbre à Vins
71 avenue Louis Torcatis
66000, Perpignan
France


Le Collectif Elles S’Exposent : Elena Arnal, Kiki de Oro, Louve, Maud Querol Ferrer ; revient à Perpignan pour la deuxième année consécutive.

– Du 7 au 21 septembre 2018, à L’Arbre à Vins, vernissage le 7 septembre à 19 heures, en marge de Visa pour l’Image, en partenariat avec L’Arbre à Vins et le GRAPhCmi
– Pour des renseignements complémentaires et/ou une visite accompagnée veuillez appeler le 06 98 34 28 13

Depuis janvier 2017, ces quatre artistes de la région Occitanie (résidant à Castelnaudary, Perpignan, Carcassonne et Toulouse) se rencontrent régulièrement dans le cadre de résidences et d’expositions, pour ensemble, appréhender en tant que femmes leur propre image, leur intimité, leur identité ; pour pouvoir se confronter au regard de l’autre. Pas seulement cette représentation galvaudée depuis des siècles, celle de la femme « calice » ni celle de la déesse « fantasmée », au corps tant convoité. En suivant leurs sensibilités artistiques, elles en définissent les contours. Une question se pose encore aujourd’hui : au XXIe siècle reste-t-il encore malgré tout des tabous ou des interdits à braver, des totems à revendiquer ?

Des artistes femmes nous montrent aujourd’hui ce qu’elles entendent du désir féminin et ce qu’elles en font. Elles discutent de la femme, du féminin, de la féminité et de la place des faux semblants, dans le cadre de performances ou de mises en scènes photographiques, vidéo, musique, lectures. Qu’elles soient poétiques, provocantes, subversives, lyriques ou régressives, elles continuent à vouloir définir ce qui déclenche leurs créations.

Les membres du Collectif Elles S’Exposent entendent participer de ce mouvement, à travers des modes d’expressions artistiques diversifiés, tout en conservant chacune sa propre identité. Avec de nombreuses références communes dans la généalogie de leurs projets artistiques (d’Annette Messager à Nan Goldin, en passant par Sophie Calle ou Francesca Woodman…), elles partagent des pratiques liées à l’autoportrait, une autofiction frontale ou poétisée ainsi qu’un jeu de mises en scène de leurs corps et ceux de leurs modèles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *