Sanlé Sory : Studio Volta

Chargement de la carte…

Dates
06/10/2018 - 16/12/2018

Horaires
14 h 00 min - 19 h 00 min

Lieu
Vieille Eglise Saint-Vincent
rue de la Vieille Eglise
38700, Mérignac
France


Cet automne, la Vieille Eglise Saint-Vincent, à Mérignac, accueille les œuvres du photographe burkinabè, Sanlé Sory. L’exposition Studio Volta nous emmène en Haute-Volta au lendemain de l’indépendance. A Bobo-Dioulasso, Sanlé Sory saisit des milliers de portraits dans son studio, capte l’effervescence des soirées dansantes et s’immerge dans la musique.

Commissaire d’exposition, Florent Mazzoleni, rencontre Sanlé Sory en 2011, alors qu’il prépare son livre Burkina Faso, musiques modernes voltaïques. Il souhaite faire la connaissance de l’auteur de pochettes de vinyles qu’il veut reproduire. Il se rend au studio de Sanlé Sory à Bobo-Dioulasso et découvre, stupéfait, le photographe en train de brûler des négatifs. Sanlé Sory est persuadé que ces « vieilleries » immortalisant les nuits yéyé de Bobo n’intéressent plus personne.
L’exposition Sanlé Sory, Studio Volta regroupe plus de 250 photographies, tirages modernes et photographies vintage (tirages d’époques) qui dévoilent les aspirations d’une société libérée du joug colonial. Sanlé Sory photographie l’effervescence culturelle des années 60 et 70 en Afrique de l’Ouest et montre la fusion entre tradition et modernité.
Sanlé Sory est né en 1943 dans le village de Naniagara dans le sud-ouest de l’actuel Burkina Faso. Adolescent, il s’installe à Bobo-Dioulasso, deuxième ville du pays et capitale culturelle et économique de la Haute-Volta (ancien nom du Burkina Faso). Après un apprentissage de trois ans chez le photographe ghanéen Kojo Adamako, Sanlé Sory ouvre son studio Volta Photo au centre de Bobo-Dioulasso quelques mois avant l’indépendance du pays, le 5 août 1960.

Sanlé Sory dépasse le cadre formel des photos d’identité, notamment en réalisant ce que le photographe appelle des « photographies souvenirs ». Les cadrages y sont plus généreux et mettent en évidence les vêtements et les poses de ses clients ainsi que les accessoires que les modèles apportent ou empruntent au studio. A travers ses portraits, Sanlé Sory dévoile une certaine insouciance et l’énergie de la jeunesse voltaïque.
Au-delà du studio photo, il photographie également la vie quotidienne, la jeunesse et la brousse. Les « bals poussière » occupent une place importante dans les thématiques qu’il explore. Il organise ainsi ses propres soirées dansantes pour y faire des photographies. Il diffuse alors de la musique pour attirer les jeunes.
Sanlé Sory saisit sur le vif les jeunes de Bobo et leur appétit insatiable pour les rythmes afro-cubains, afrobeat, soul et rock. Il photographie toute la culture pop. Il suit des orchestres comme Volta Jazz, Dafra Star et Echo del Africa. Il illustre un grand nombre de pochettes de disques.
Mérignac a déjà accueilli les oeuvres de Sanlé Sory en 2015 lors de la première édition du Mérignac Photographic Festival. Au printemps 2018, l’Art Institute of Chicago organise une première rétrospective.

Commissariat d’exposition : producteur et collectionneur, photographe et écrivain, Florent Mazzoleni est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages abordant les musiques populaires des Amériques et d’Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *