Archives par mot-clé : 60s

Stephen Shames, dans les coulisses des Black Panthers

Après avoir été présentée au Musée Niépce de Chalon-sur-Saône au printemps dernier et à la Maison Robert Doisneau de Gentilly ces derniers mois, l’exposition consacrée au photographe américain Stephen Shames est visible à La Chambre à Strasbourg jusqu’au 15 avril prochain. Cette version alsacienne curatée par François Cheval et Audrey Hoareau s’intitule « Power to the people« , issu de l’un des slogans des Black Panthers.

C’est dans les années 60 que l’Amérique découvre le revers de l’abondance. Derrière la façade du « rêve américain », Stephen Shames enregistre tel un oscillographe tous les mouvements tectoniques d’une société ébranlée. Il suit avec patience et persévérance le quotidien des Black Panthers, les accompagnant dans leurs protestations, leurs actions sociales, leurs célébrations. Il dresse le portrait d’une organisation ouverte et fraternelle, au travers d’une vision esthétique du combat politique.

Au cours de sa longue carrière de photojournaliste, Stephen Shames s’est employé à rendre visibles les minorités les plus défavorisées des États-Unis. Dans les années 60 et 70, une grande partie de la population est exclue de la prospérité : l’envers du rêve américain est le théâtre de drames où, dès le plus
jeune âge, des vies sont déviées ou brisées. En parallèle, le photographe montre également la formidable énergie de résistance et d’action  ui naît alors. En 1966, le mouvement des Black Panthers est fondé, inspiré par les discours de Malcom X contre la ségrégation, l’anti-impérialisme et le marxisme.
Les différents courants auxquels il emprunte ont en commun le désir d’organiser un contrepouvoir basé sur des valeurs humanistes. Il vise à faire reconnaître les droits des Noirs aux États-Unis en privilégiant les actions concrètes.
La communauté noire se fédère pour améliorer l’éducation de ses enfants, éditer ses propres journaux, collecter nourriture et vêtements, surveiller les agissements de la police… Si le mouvement des Black Panthers a connu certaines polémiques, il a marqué l’histoire comme la révolution constructive d’une catégorie dénigrée de la population – All Power to the people était l’un de ses slogans.
Grâce à une relation proche avec ses dirigeants, Stephen Shames a accompagné les Black Panthers dans leurs protestations, leurs actions sociales, leurs célébrations. Il dresse le portrait d’une organisation ouverte et fraternelle, au travers d’une vision esthétique du combat politique.

INFORMATIONS PRATIQUES
Power to the People
Stephen Shames
Du 3 mars au 14 avril 2018
La Chambre
4 place d’Austerlitz
57000 Strasbourg
Entrée libre
Ouvert du mercredi au dimanche : de 14h à 19h
Tous les dimanches à 17h : visite commentée
Accès libre
http://lachambre.org

Le Calendrier de l’Avent Spécial Edition Photo : 6 Décembre

Chaque jour Mowwgli vous propose d’ouvrir la case du jour de votre calendrier de l’avent. Difficile d’y inclure des petits morceaux de chocolat, alors nous avons décidé de vous faire découvrir quotidiennement un livre photographique publié cette année. Idées cadeaux, suggestions pour compléter votre collection de livres photo ou juste pour le plaisir des yeux… voici 24 sélections !

Aujourd’hui, mercredi 6 décembre, nous vous présentons « CENSORED » de Tiane Doan Na Champassak publié chez RVB Books pour une plongée dans les magazines érotiques des années 60 et 70.

Depuis une dizaine d’années, Tiane Doan na Champassak collectionne au gré de ses voyages les magazines érotiques thaïlandais. La nudité dans les magazines étant interdite à l’époque, les photographies étaient censurées avec soin et créativité. L’artiste a utilisé sa collection de plus de 4000 détails de photographies pour réaliser le livre Censored abordant les thèmes de l’érotisme et de la censure.

Publication d’une édition spéciale avec 50 tirages uniques – tirage pigmentaires sur papier japonais Awagami – 20×29,5cm, montés sur carton sans acide de couleur, dans un fourreau en plexiglass, accompagné du livre signé.

INFORMATIONS PRATIQUES
CENSORED
Tiane Doan Na Champassak
RVB Books
• 6 éditions
https://rvb-books.com
60€
• Edition Limitée
https://rvb-books.com/limited_detail.php?id_book=175
450 €

Back to the 60s Rock : Cream

2 novembre 1967 : il y a 50 ans. Sortie du 2ème LP du groupe britannique CREAM : Disraeli gears. Des hymnes tels que Strange brew, Sunshine of your love, Tales of Brave Ulysses vont aboutir au succès de ces trois musiciens exceptionnels : Eric Clapton, Jack Bruce et Ginger Baker.

Strange Brew 00:00,0
Sunshine Of Your Love 02:45,0
World Of Pain 06:53,1
Dance The Night Away 09:56,1
Blue Condition 13:27,2
Tales Of Brave Ulysses 16:53,1
Swlabr 19:41,1
We’re Going Wrong 22:11,2
Outside Woman Blues 25:33,1
Take It Back 27:57,1
Mother’s Lament 31:02,1

Back to the 60s Rock : Ten Years After

Le 27 octobre 1967, il y a 50 ans… Le groupe Britannique Blues-Rock Ten Years After sort son premier LP éponyme. Ten Years After est devenu célèbre à Woodstock en août 69.

00:00 I Want To Know
02:10 I Can’t Keep From Crying Sometimes
07:33 Adventures Of A Young Organ
10:08 Spoonful
16:15 Losing The Dogs
19:18 Feel It For Me
21:58 Love Until I Die
24:06 Don’t Want You Woman
26:45 Help Me

Back to the 60s Rock : Procol Harum

En septembre 1967, après les Beatles, les Rolling Stones, Kinks, Animals, Pretty Things, Them ou encore Yardbirds… Un nouveau groupe anglais sort son premier LP. Il s’agit de Procol Harum. Leur single « A whiter shade of pale » (sur la vidéo à 35:09) sorti en mai 1967 fait le tour du monde et 50 ans après. Les Procol Harum font parti des groupes précurseurs majeurs du rock progressif.

Bonne découverte.

Back to the 60s Rock : Crusade de John Mayall & the Bluesbreakers

1er septembre 1967 : il y a 50 ans… Sortie du 4ème LP de John Mayall & the Bluesbreakers :  » CRUSADE « . Ce groupe est l’un des pionniers du British blues. Après un LP avec Eric Clapton le 22 juillet 1966, un autre avec Peter Green le 17 février 1967, celui-ci est réalisé avec le guitariste Mick Taylor (qui remplaça Brian Jones des Rolling Stones de 1969 à 1974).

Bonne découverte.

Gered Mankowitz sur les pas des Rolling Stones

La Galerie Photo 12 présente jusqu’au 22 juillet prochain, l’exposition « The Rolling Stones / Backstage » du photographe britannique Gered Mankowitz.  Gered a rencontré les Stones alors qu’il n’avait que 18 ans, il a eu la chance de vivre avec les membres du groupe mythique entre 1965 et 1967. Dans ce cadre intime et privilégié, il a pu réaliser des images uniques.

« J’ai eu la chance extraordinaire qu’Andrew Loog Oldham me donne l’opportunité de travailler avec les Stones en 1965. C’est à ce moment que le groupe a réellement commencer à percer et j’étais là. Les photographies que j’ai faites avec eux ont lancé ma carrière et je leur en serai toujours reconnaissant. »
Gered Mankowitz

Le première collaboration entre le groupe et le photographie, en 1965, allait déboucher sur la couverture de « Out of Our Heads » puis sur de nombreuses pochettes, couvertures, portraits pour les magazines et même les photos d’identité des musiciens…

Le succès de cette première série contribua à renforcer la confiance du groupe et la même année, les Stones décidèrent d’emmener Gered avec eux pour leur quatrième tournée américaine. Ils partirent ensemble, accompagnés du seul Ian Stewart, fondateur du groupe reconverti en manager de la tournée. Pendant six semaines, ils parcoururent les Etats-Unis pour terminer aux studios de la RCA à Los Angeles, où ils enregistrèrent des chansons pour l’album « Aftermath ».

« Quand je suis parti avec eux en Amérique, il n’y avait qu’eux, moi et le tourneur. Nous étions seuls, pas d’entourage, pas de sécurité, pas de journaliste, pas d’attaché de presse, pas de maquilleur, pas de styliste, pas d’équipe technique, pas de lumières, pas de scène : rien » G. M.

L’exposition réunit des photographies célèbres de la plupart des sessions de Gered avec les Stones, dont les photos prises pour la couverture de « Out of Our Heads » et « Between the Buttons », ainsi qu’une sélection de photographies moins connues ou inédites, dans de grands formats qui les mettent en valeur.

Font aussi partie de l’exposition des portraits plus personnels. Dans les Sixties, le public demandait des photos intimes, en dehors des apparitions publiques. Les Stones ne souhaitaient évidemment pas inviter des étrangers dans leurs maisons mais ils ouvrirent leurs portes à Gered.

INFORMATIONS PRATIQUES
• The Rolling Stones / Backstage
Gered Mankowitz
Jusqu’au 22 juillet 2017
Galerie Photo 12
10 et 14, rue des Jardins Saint-Paul
75004 Paris
http://www.galerie-photo12.com 
Du mardi au samedi 14h – 19h et sur rendez-vous

Backstage: The Rolling Stones by Gered Mankowitz
Ormond Yard Press 2016
96 pages – 60 x 45 cm
Edition limitée à 750 exemplaires, chaque exemplaire est numéroté et signé
Prix : 490 €
http://www.mankowitz.com

Black Lives de Beuford Smith

Jusqu’au 25 mars prochain, la galerie new yorkaise Keith de Lellis, sur madison avenue, propose une exposition du photographe Beuford Smith « Black lives ».

Membre fondateur puis président du groupe Kamoinge (travailler ensemble), une association de photographes afro-américains qui ont révélé et documenté la culture afro-américaines à partir des années 60 aux Etats-Unis, beuford Smith expose un recueil d’images composées tout au long de sa carrière avec un focus tout particulier sur les début de sa carrière dans les années 60.

On y (re)découvre des photographies qui aspirent toute l’énergie de cette époque. La période est particulièrement turbulente, Martin Luther vient d’être assassiné, la communauté noire est angoissée, puis plus tard l’avènement des Black Panthers, la fin de la ségrégation et toujours en filigrane la question du patriotisme, la notion de »l’American first » qu’il transmet dans ses photographie avec la bannière étoilée souvent mise en scène comme un personnage de ses scènes de rue.

Ce qui fait la force du travail de Beuford Smith, au delà de ses compétences et de ses choix techniques caractérisés par des éclairages souvent dramatiques, le flou de bougé c’est l’empathie pour ses sujets, son regard bienveillant et sa grande humanité.

EXPOSITION
Black Lives
Beuford Smith
Jusqu’au 25 mars 2017
Keith de Lellis Gallery
1045 Madison Avenue, #3
New York, NY 10075
Etats-Unis
http://www.keithdelellisgallery.com