Archives par mot-clé : Animaux

Elliott Erwitt : Dogs like humains à la Maison de la Photographie de Toulon

Fils d’immigrés russes ayant passé une partie de son enfance en Europe, né à Paris en 1928, le photographe documentaire américain Elliott Erwitt est considéré comme l’un des maîtres dans son domaine. Témoin de son temps, grand portraitiste, membre de l’agence Magnum dont il assumera le poste de président de 1968 à 1970, il balaie de son œil affuté les événements marquants du milieu du XXème siècle.

C’est au début des années 1940 que ce grand voyageur réalise ses premières photographies de chiens, l’un des sujets de prédilection de son oeuvre photographique. Chien de luxe ou chien errant, le canidé évince la place de l’homme dans son quotidien. Tel est le propos de l’exposition « Elliott Erwitt, Dog, Dogs » à la Maison de la Photographie de Toulon.  Ces portraits atypiques sont une manière originale de parler de la condition humaine dont le chien serait le miroir. Teintée d’humour et de cocasserie, celui pour qui « faire rire les gens est une des plus parfaites réussites qu’on puisse espérer »nous plonge ici dans la magie de l’image et de l’instant décisif.

Les images exposées montrent un vif intérêt dans la composition: des chiens pris au niveau des pieds, ils les élèvent à la même stature que leurs maîtres. Et c’est avec un certain humour sarcastique qu’ils prennent la pose dans des portraits léchées évoquant ceux starisés des studios Harcourt. Un hommage sincère au « meilleur ami de l’homme », l’accompagnant dans ses moments de loisirs, montrant toute la diversité des états d’âme du monde canin. Une exposition à l’esprit léger, jovial et tendre qui tend à mettre en évidence les relations complices et affectueuses que l’être humain partage avec cet animal si fidèle.

INFORMATIONS PRATIQUES
Elliot Erwitt, Dog Dogs
Jusqu’au 1er septembre 2018
Maison de la Photographie
Place du Globe
83000 Toulon
Ouvert du mardi au samedi de 12h à 18h
Entrée Libre
Plus d’informations ici

Du coq à l’âne au Musée d’Orsay

Le Musée d’Orsay présente une exposition dans le cadre du Mois de la Photo du Grand Paris. Intitulée « Du coq à l’âne », cette proposition curatoriale dirigée par Marie Robert, conservateur dans le département photographie du musée d’Orsay, met au cœur les animaux en photographie dès la fin du 19ème siècle jusqu’au début 20ème. Un défi technique puisque la durée de pose est particulièrement longue à cette époque.

La « capture » de l’animal, être vivant, pose un défi technique à la photographie dès ses débuts. Des daguerréotypistes aux pictorialistes, nombreux sont ceux qui prennent pour sujet la bête, souvent très humaine.

Très vite après la naissance officielle de la photographie en 1839, le principal défi technique qui s’impose aux pionniers du médium (chimistes, opticiens, artistes) consiste à saisir le vivant. L’humain peut volontairement s’immobiliser : les premiers portraits offrent les images d’individus au rictus marqué, figés pendant plusieurs minutes dans des poses inconfortables. Le comportement de l’animal, même domestiqué, est plus inattendu. Toute une panoplie de dispositifs est alors mise en oeuvre pour le contraindre dans son attitude : utilisation d’une laisse, installation d’une sellette, promesse d’une récompense, menace d’une punition. D’autres le préfèrent endormi, mort ou même factice !

L’animal est omniprésent dans la photographie au 19e siècle : document pour artistes, étude scientifique, essai d’instantané, reportage ou encore images répondant à une ambition artistique et s’inscrivant dans la tradition de certains genres comme le portrait ou la nature morte. Ces multiples représentations témoignent de son intégration dans une chaîne très hiérarchisée (de la bête brute, tel le singe, à l’animal noble, comme le cheval ou le lion) mais aussi de son changement progressif de statut. Outil de production, base de l’alimentation, « bien meuble » pour le Code civil de 1804, il devient de plus en plus un compagnon familier, préfigurant « l’être vivant doué de sensibilité », tel que le législateur français l’a récemment défini.

– Marie Robert

EXPOSITION
Du coq à l’âne
Exposition collective
Dans le cadre du Mois de la Photo du Grand Paris
Du 21 février au 15 mai 2017
• Week-end intense Sud Ouest le 22 et 23 avril 2017 
Musée d’Orsay
1 Rue de la Légion d’Honneur
75007 Paris
http://www.musee-orsay.fr

UNE APPLICATION GEOLOCALISEE

iphone_se_review_08

Pour vous guider dans la programmation du Mois de la Photo du Grand Paris, Mowwgli met à disposition son application qui géolocalise les événements et les lieux du Mois de la Photo (entre autre), retrouvez les fiches des expositions, des galeries et des artistes !
Vous pouvez la télécharger dès à présent, elle est gratuite !
https://itunes.apple.com/fr/app/mowwgli/id1184953498?mt=8