Archives par mot-clé : Photographie émergente

Focus Bourse du Talent : Jean-Michel André, Borders

Jusqu’au 4 mars 2018, la BnF et Picto Foundation vous invitent à découvrir les travaux des jeunes photographes primés de la Bourse du Talent. Après avoir interrogé Vincent Marcilhacy, Directeur de Picto Foundation, partenaire et co-organisateur de cette Bourse, en décembre dernier, chaque semaine, nous vous proposons de plonger dans l’univers d’un des quatre photographes lauréats. Aujourd’hui, voici Jean-Michel André, lauréat de la Bourse consacrée au Paysage avec sa série « Borders ».

Dans Borders, Jean-Michel André questionne la notion de frontière, interrogation qui prend la forme d’une errance dont le point de départ se situe dans la Jungle de Calais, à la veille de l’évacuation du bidonville en 2016. Sur ces quelques kilomètres carrés de sable et de broussailles, Jean-Michel André rencontre des réfugiés qui cherchent un abri. À ces
images de la Jungle, il mêle divers fragments de paysages afin de former un palimpseste visuel. Ces lieux silencieux ne cessent de signifier la partition, la rupture et la désolation et exhalent le vertige du vide. Les désirs d’ailleurs deviennent poussière et fumée dans ces espaces où la figure humaine, photographiée isolée et de dos, se situe sur un seuil, entre réel et imaginaire, souvenir et présent.
https://www.jm-andre.com

A LIRE :
Rencontre avec Vincent Marcilhacy, Directeur de Picto Foundation à l’occasion de l’exposition de la Bourse du Talent

A VOIR : 
Focus Bourse du Talent : Chloé Jafé (publié le 11 janvier 2018)
Focus Bourse du Talent : Youqine Lefèvre (publié le 18 janvier 2018)
Focus Bourse du Talent : Sanjyot Telang (le 25 janvier 2018)

INFORMATIONS PRATIQUES
• Exposition des Jeunes Photographes de la Bourse du Talent 2017
> Chloé Jafé (Bourse du Talent #69 Reportage)
Youqine Lefèvre (Bourse du Talent #70 Portrait)
Sanjyot Telang (Bourse du Talent #71 Mode)
Jean-Michel André (Bourse du Talent #72 Paysage)
Du 15 décembre 2017 au 4 mars 2018
BnF / François-Mitterrand
Allée Julien Cain
Quai François-Mauriac
75003 Paris
Ouvert du mardi au samedi 9h à 20h, dimanche 13h à19h, lundi 14h à 20h
Fermé jours fériés
Accès libre
• Fragilités
Bourse du Talent 2017
Editions Delpire
20 x 23 cm, 128 pages
30€
http//www.picto.fr

Focus Bourse du Talent : Sanjyot Telang, Fashion Misfits

Jusqu’au 4 mars 2018, la BnF et Picto Foundation vous invitent à découvrir les travaux des jeunes photographes primés de la Bourse du Talent. Après avoir interrogé Vincent Marcilhacy, Directeur de Picto Foundation, partenaire et co-organisateur de cette Bourse, en décembre dernier, chaque semaine, nous vous proposons de plonger dans l’univers d’un des quatre photographes lauréats. Aujourd’hui, voici Sanjyot Telang, lauréate de la Bourse consacrée à la Mode avec sa série « Fashion Misfits ».

La série Fashion Misfits propose un ensemble de portraits de jeunes atteints de trisomie 21, réalisé en collaboration avec une ONG indienne. Sanjyot Telang souhaite ainsi redéfinir les normes de la beauté et favoriser une esthétique non conventionnelle. Elle envisage aussi d’ouvrir avec ce premier projet une voie dans les univers de la mode et de la publicité pour ces modèles souffrants de handicaps et habituellement absents des représentations
sociales.
http://sanjyottelang.com

La démarche originale de Sanjyot Telang casse les codes et c’est de cela qu’il s’agit dans la mode. Sortir la mode du luxe est aujourd’hui une nécessité absolue pour toucher les gens, car elle ne parle plus à grand monde. La mode doit véhiculer d’autres valeurs que celles d’un produit, mais des émotions. Elle est forte lorsqu’elle est un prisme sur la condition humaine. C’est ce que faisaient les grands magazines de mode comme Vogue, Harper’s Bazaar, Marie-Claire à une époque qui était pourtant plus conservatrice. Sanjyot renoue avec une tradition perdue aujourd’hui. C’est l’émotion qui a primé.
– Yseult Williams

A LIRE :
Rencontre avec Vincent Marcilhacy, Directeur de Picto Foundation à l’occasion de l’exposition de la Bourse du Talent

A VOIR : 
Focus Bourse du Talent : Chloé Jafé (publié le 11 janvier 2018)
Focus Bourse du Talent : Youqine Lefèvre (publié le 18 janvier 2018)

A VENIR : 
Focus Bourse du Talent : Jean-Michel André (le 1er février 2018)

INFORMATIONS PRATIQUES
• Exposition des Jeunes Photographes de la Bourse du Talent 2017
> Chloé Jafé (Bourse du Talent #69 Reportage)
Youqine Lefèvre (Bourse du Talent #70 Portrait)
Sanjyot Telang (Bourse du Talent #71 Mode)
Jean-Michel André (Bourse du Talent #72 Paysage)
Du 15 décembre 2017 au 4 mars 2018
BnF / François-Mitterrand
Allée Julien Cain
Quai François-Mauriac
75003 Paris
Ouvert du mardi au samedi 9h à 20h, dimanche 13h à19h, lundi 14h à 20h
Fermé jours fériés
Accès libre
• Fragilités
Bourse du Talent 2017
Editions Delpire
20 x 23 cm, 128 pages
30€
http//www.picto.fr

Focus Bourse du Talent : Youqine Lefèvre, Far From Home

Jusqu’au 4 mars 2018, la BnF et Picto Foundation vous invitent à découvrir les travaux des jeunes photographes primés de la Bourse du Talent. Après avoir interrogé Vincent Marcilhacy, Directeur de Picto Foundation, partenaire et co-organisateur de cette Bourse, en décembre dernier, chaque semaine, nous vous proposons de plonger dans l’univers d’un des quatre photographes lauréats. Aujourd’hui, voici Youqine Lefèvre, lauréate de la Bourse consacrée au Portrait avec sa série « Far from home ».

Née en Chine en 1993, Youqine Lefèvre grandit en Belgique où elle obtient un Bachelor en Arts Plastiques et Visuels à l’ERG (École de Recherche Graphique, Bruxelles). Elle poursuit ses études en photographie à l’École Supérieure d’Arts Appliqués de Vevey où elle vit désormais. Son travail artistique porte essentiellement sur l’humain, l’enfance, la mémoire, la famille et ses failles. Dans la série qui l’a fait connaître, Far from home, il est question de quête identitaire, intime, en lien avec sa propre histoire d’adoption, qui transcende la dimension du simple témoignage.

Pendant trois ans, en immersion dans un foyer isolé dans la montagne suisse, elle y photographie des enfants. Ces derniers, éloignés de leurs parents, incapables de s’occuper d’eux, ont mûri prématurément à cause des traumatismes qu’ils ont vécus et se trouvent alors dans un entre-deux que traduit l’alternance du noir et blanc et de la couleur. Dans ces portraits, où l’innocence persiste malgré tout, Youqine Lefèvre parvient à capter un moment d’abandon, une faille intérieure, une vulnérabilité dont les paysages se font l’écho.
Les images de pierres, récurrentes dans la série, témoignent de la fonction de talisman que leur assignent certains des enfants du foyer.
http://www.youqinelefevre.com

A LIRE :
Rencontre avec Vincent Marcilhacy, Directeur de Picto Foundation à l’occasion de l’exposition de la Bourse du Talent

A VOIR : 
Focus Bourse du Talent : Chloé Jafé (publié le 11 janvier 2018)

A VENIR : 
Focus Bourse du Talent : Sanjyot Telang (le 25 janvier 2018)
Focus Bourse du Talent : Jean-Michel André (le 1er février 2018)

INFORMATIONS PRATIQUES
• Exposition des Jeunes Photographes de la Bourse du Talent 2017
> Chloé Jafé (Bourse du Talent #69 Reportage)
Youqine Lefèvre (Bourse du Talent #70 Portrait)
Sanjyot Telang (Bourse du Talent #71 Mode)
Jean-Michel André (Bourse du Talent #72 Paysage)
Du 15 décembre 2017 au 4 mars 2018
BnF / François-Mitterrand
Allée Julien Cain
Quai François-Mauriac
75003 Paris
Ouvert du mardi au samedi 9h à 20h, dimanche 13h à19h, lundi 14h à 20h
Fermé jours fériés
Accès libre
• Fragilités
Bourse du Talent 2017
Editions Delpire
20 x 23 cm, 128 pages
30€
http//www.picto.fr

Focus Bourse du Talent : Chloé Jafé, Inochi azukemasu

Jusqu’au 4 mars 2018, la BnF et Picto Foundation vous invitent à découvrir les travaux des jeunes photographes primés de la Bourse du Talent. Après avoir interrogé Vincent Marcilhacy, Directeur de Picto Foundation, partenaire et co-organisateur de cette Bourse, en décembre dernier, chaque semaine, nous vous proposons de plonger dans l’univers d’un des quatre photographes lauréats. Aujourd’hui, voici Chloé Jafé, lauréate de la Bourse consacrée au Reportage avec son sujet « Inochi azukemasu » (le don de sa vie).

Devenue hôtesse pour un temps dans les quartiers de Shinjuku et de Ginza, Chloé Jafé rencontre le chef d’un groupe yakuza de Tokyo qui l’autorise à photographier son quotidien.
Elle décide alors de suivre les femmes de l’organisation. En tant qu’épouses, filles ou maîtresses, celles-ci y jouent un rôle important, d’où le titre de la série Inochi azukemasu – 命 預 け ま す qui signifie « le don de sa vie ». Reprenant la spontanéité du carnet de voyage, ses photographies en noir et blanc montrent tantôt des moments d’intimité entre les couples yakuza, tantôt des réunions de chefs de clans. Chloé Jafé donne une place prépondérante aux gestes et aux corps souvent tatoués dont elle prolonge parfois les motifs hors du cadre de l’image. Rehaussées de gouache de couleurs vives qui traduisent en un sens la violence latente du groupe et renforcent le graphisme des contrastes d’ombres et de lumière, ces photographies évoquent avec une forte charge symbolique le poids du rituel et des traditions.

A LIRE :
Rencontre avec Vincent Marcilhacy, Directeur de Picto Foundation à l’occasion de l’exposition de la Bourse du Talent

A VENIR : 
Focus Bourse du Talent : Youqine Lefèvre (le 18 janvier 2018)
Focus Bourse du Talent : Sanjyot Telang (le 25 janvier 2018)
Focus Bourse du Talent : Jean-Michel André (le 1er février 2018)

INFORMATIONS PRATIQUES
• Exposition des Jeunes Photographes de la Bourse du Talent 2017
> Chloé Jafé (Bourse du Talent #69 Reportage)
Youqine Lefèvre (Bourse du Talent #70 Portrait)
Sanjyot Telang (Bourse du Talent #71 Mode)
Jean-Michel André (Bourse du Talent #72 Paysage)
Du 15 décembre 2017 au 4 mars 2018
BnF / François-Mitterrand
Allée Julien Cain
Quai François-Mauriac
75003 Paris
Ouvert du mardi au samedi 9h à 20h, dimanche 13h à19h, lundi 14h à 20h
Fermé jours fériés
Accès libre
• Fragilités
Bourse du Talent 2017
Editions Delpire
20 x 23 cm, 128 pages
30€
http//www.picto.fr

fotofever, une foire destinée aux artistes émergents et aux jeunes collectionneurs

Les portes de la sixième édition de fotofever se sont ouvertes ce matin au Carrousel du Louvre. Nous avons eu le privilège de découvrir cette toute nouvelle édition la veille de son ouverture, l’occasion pour nous de partir à la rencontre du chef d’orchestre de la foire : Cécile Schall.

De belles surprises pour la cuvée 2017

Nous entendons encore le bruit des visseuses et les chocs des marteaux, les derniers stands se hâtent pour terminer leur accrochage… A l’arrivée, première surprise, pour accéder au cœur de fotofever le visiteur est invité à traverser l’appartement du collectionneur. Sur un espace de 200m2, on navigue entre des pièces en enfilade aux ambiances différentes. Sur les murs, une sélection de près de 60 œuvres qui ont été choisies par la direction artistique de fotofever, avec pour seul contrainte un prix de vente qui doit être en dessous des 5000 euros. Une belle entrée en matière pour cette sixième édition donc, car si la scénographie et le mobilier de cet appartement témoin donne envie, c’est après que tout se passe. Les 75 galeries sont là, elles profitent d’un agencement propice aux rencontres. Car le but de Cécile Schall est bien là : faciliter les échanges, rendre accessible ce monde qui peut  paraître, pour certains, difficilement pénétrable.

On traverse les stands, et on fait de jolies rencontres avec des œuvres et des univers. Un grand nombre de galeries asiatiques et en particulier japonaises sont représentées. On y découvre des travaux d’une grande poésie et une rigueur dans la scénographie. Globalement, on pourrait parfois regretter quelques disparités de qualité artistique entre les différents stands.

Soutenir les jeunes galeries et les artistes émergents pour assurer un renouvellement et le marché de demain.

fotofever est née en 2011, seule survivante des nombreuses manifestations autour du marché de la photographie qui sont nées aux débuts des années 2010, la foire a su se positionner dans un besoin naturel du marché. fotofever est en début de chaîne, elle prend des risques. Elle soutient les jeunes galeries, les jeunes artistes, et met tout en œuvre pour développer une médiation culturelle, afin de guider aux mieux les jeunes et futurs collectionneurs.
Cécile Schall nous parle avec transparence, elle évoque les difficultés rencontrées et les réalités du marché qui rendent complexe la réalisation de la manifestation, mais à l’évocation de certaines galeries et des artistes qui sont passés par fotofever et viennent de rejoindre Paris Photo, pour elle tout est dit : le pari est gagné.

INFORMATIONS PRATIQUES
Fotofever
Du 9 au 12 novembre 2017
Carrousel du Louvre
99 rue de Rivoli
75001 Paris
12€ en ligne / 15€ sur place
http://www.fotofever.com

 

Picto Foundation présente la Carte Blanche Etudiants Paris Photo 2017

La Picto Foundation annonce son premier appel à candidature pour la Carte Blanche Etudiants, une plateforme pour la Photographie émergente en partenariat avec Paris Photo et Gares&Connexions.

Cette carte blanche récompensera 4 lauréats qui auront accès à la foire avec la possibilité de rencontrer experts et professionnels de la photographie et du marché de l’art, la présentation des travaux lors d’une table ronde et une exposition à Paris Gare du Nord. Vous avez jusqu’au 26 juin pour déposer vos dossiers !

UNE PLATEFORME POUR LA PHOTOGRAPHIE ÉMERGENTE

Du 9 au 12 novembre 2017, à l’occasion de Paris Photo, première foire internationale dédiée au médium photographique, le projet offrira à 4 étudiants sélectionnés parmi plus de 50 écoles de photographie et d’arts visuels européennes, l’opportunité exceptionnelle de devenir les acteurs d’un des rendez‐vous photographique les plus réputés au monde.

DEUX OBJECTIFS AU SERVICE DES JEUNES TALENTS

• RENCONTRER LE MARCHÉ
Les 4 lauréats, invités à séjourner à Paris pendant la foire, bénéficieront d’un accès à Paris Photo, avec la possibilité de rencontrer experts et professionnels de la photographie et du marché de l’art (artistes, curateurs, galeries…).
A partir de leurs travaux, une table ronde sera proposée traitant de l’arrivée de jeunes talents sur le marché de l’art.

• EXPOSER SON PROJET
Les projets des 4 lauréats seront présentés au public dans le cadre de Paris Photo et d’une exposition dédiée à Paris Gare du Nord dans les espaces dédiés aux manifestations culturelles.

LE JURY 2017
Laia Abril, artiste
Sylvain Bailly, directeur des affaires culturelles de Gares & Connexions
Nathalie Mamane Cohen, collectionneur
Vincent Marcilhacy, directeur de Picto Foundation
Mouna Mekouar, commissaire d’exposition
Anael Pigeat, rédactrice en chef d’Artpress
Christoph Wiesner, directeur artistique de Paris Photo
INFORMATIONS PRATIQUES
Le dépôt des candidatures par les étudiants est ouvert jusqu’au 26 juin 2017.
Le thème est libre.
Pour participer, rendez-vous sur
http://www.parisphoto.com/fr/paris/page/inscription-projetL’annonce des lauréats aura lieu à Paris, en septembre à l’occasion de la conférence de presse de Paris Photo.

Ouverture du magazine Young Photography Now !

Young Photography Now est une nouvelle revue en ligne qui promeut la photographie internationale émergente. A la tête de ce nouveau média deux femmes : La Fondatrice et Rédactrice en chef Laure Boyer (curateur-chercheur Dr en art contemporain, photographie et nouveaux médias) et Sophie Hedtmann historienne de la photographie.

YPN se propose de créer une nouvelle une plateforme pour centraliser les jeunes photographes internationaux émergents sur le Web. Il s’agit de créer un espace d’incubation, un Visual Hub, afin d’offrir un espace de réflexion et de référence en art contemporain.

La photographie émergente circule aujourd’hui bien souvent en dehors des circuits traditionnels, des lieux physiques (musées, galeries, prix, foires, festivals…) et des magazines papiers existants. Elle échappe ainsi en partie, aux canaux de promotion, de lecture et de visibilité traditionnels.

Ce sont ces nouveaux artistes, en particulier des femmes photographes et les artistes des continents moins représentés – Europe, Afrique, Orient-Pacifique, ces nouvelles images, ces nouveaux réseaux en ligne, que nous voulons retrouver dans la revue en ligne YPN. Elle sera une nouvelle plateforme de diffusion, de ressources et de partage de créations, soumis à une exigence de qualité des images dans la démarche artistique, l’actualité, l’engagement, la créativité et la liberté du regard.

Le premier photographe a être publié s’appelle Asrul Dwi, il vit et travaille à Jakarta en Indonésie. Il présente sa série Square, circle, triangle.

http://ypnmag.com