Archives par mot-clé : politique

Visuelles.art : Agnès Saal, la feuille de route Egalité 2018-2022 du Ministère de la Culture

Marie Docher est photographe, elle milite pour l’égalité des genres dans le milieu artistique (pas que, mais surtout). Après avoir scruté à la loupe les programmations des institutions et autres festivals de photographie afin de mettre en lumière que la visibilité et la présence des femmes photographes est bien trop réduite à travers son blog Atlantes et Cariatides, elle s’est lancée dans la création de MYX pour agir contre les stéréotypes sexués, et aujourd’hui elle présente une nouvelle plateforme intitulée Visuelles.art, pour decrypter ce que le genre fait aux artistes. Aujourd’hui, Visuelles.art lance sa campagne de financement participatif avec la dernière vidéo d’Agnès Saal.

Agnès Saal, chargée de mission pour les labels Egalité et Diversité AFNOR, présente la feuille de route Egalité du Ministère de la Culture pour la période 2018-2022 qui ambitionne de passer enfin d’une égalité en droits à une égalité en actes. A un moment historique qui voit se croiser plusieurs mouvements politiques et sociaux, la prise de position des pouvoirs publics est un sujet d’importance lorsque l’on connaît les attentes fortes qu’elle suscite de la part des chercheur.ses, des acteur.rices du champ de l’art ou des différentes voix militantes, comme on a déjà pu le voir dans les entretiens de Marie Buscatto, Fabienne Dumont* ou Vincent David/Marie Docher.

Agnès Saal aborde donc avec nous les différents points de cette feuille de route tels que, entre autres, les objectifs chiffrés de progression de la part des femmes à la tête et dans la programmation des établissements publics et les contraintes mises en place pour y arriver, la lutte contre les stéréotypes, la mise en place d’actions contre le harcèlement sexuel et sexiste dans les écoles d’art ou encore la question des réseaux qui favorisent l’insertion professionnelle. Elle évoque également avec nous les principales difficultés auxquelles il faudra répondre pour que cette égalité puisse devenir réellement effective. « Il est temps que les choses changent »

Rejoignez les donateurs ! https://www.helloasso.com/associations/territoires-en-marge/collectes/visuelles-art-ce-que-le-genre-fait-a-l-art

Edouard, Check the flow !

Macron avait voulu susciter l’éveil des consciences lors de la campagne présidentielle. Il avait appelé la société civile à se mobiliser pour redonner à la France sa grandeur et sa place sur l’échiquier mondial. Dimanche, son premier ministre, Edouard Philippe, très inspiré, s’est perdu dans un flow de paroles et nous a rappelé  que « la France est une nation qui veut continuer à sucer ». Moment d’égarement ou lucidité décourageante? Pendant ce temps, Marine Le Pen tentait de réenchanter le parti de Papa et le rebaptise « Rassemblement national ». Retour vers le futur, un nom déjà utilisé par le premier groupe parlementaire frontiste de 1986 à 1988.

En 1988 également, les patrons du hip-hop français NTM affolaient les bourgeois et émoustillaient les plateaux télé avec leur flow cash. Ce week end, et après dix ans d’absence, ils (re)mettaient la fièvre à Bercy pour 3 concerts exceptionnels à l’occasion de leur 30 ans. La force de frappe scénique et le son surpuissant sont toujours intacts et « aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombres des années » Certains titres ont déjà plus de vingt ans. Leur pertinence reste d’une brûlante actualité.

Cette semaine, nos invitées sont les co-fondatrices de la plateforme curatoriale The Drawer : Barbara Soyer et Sophie Toulouse. A quelques jours d’une semaine intensive à Paris autour du dessin, médium de plus en plus coté, il nous semblait passionnant de découvrir et de partager ses coups de coeurs et cartes blanches.

Bonne semaine à tous.

Parité Femme-Homme Mode d’emploi, Bravo Marlène !

Depuis des mois, on assiste au lynchage numérique et planétaire d’individus accusés d’agressions et d’harcèlement sexuels. La parole se libère, pour le meilleur et pour le pire via les hashtags #metoo #balancetonporc #balancetonpol qui ont fleuri sur la toile et inondé les réseaux sociaux.

Pourtant, dans les faits et contrairement à ce qui se passe outre atlantique, on ne peut que noter, ces dernières semaines, du peu de cas qui est fait de la parole des victimes présumées au profit de la sacro-sainte présomption d’innocence des hommes mis en cause.

Par deux fois et à quelques jours d’intervalle, des membres du gouvernement ont vu leur vie sexuelle exposée en place publique. Et par deux fois, nous avons pu constater l’efficacité du système Macron en matière de communication: « La gestion de la crise avant la crise ».

Ainsi, après l’ère de la communication, puis celle de la notification, nous voici entrés dans une nouvelle période, celle qui anticipe les crises. Tout d’abord, Monsieur Darmanin, avoue à la radio qu’il lui est arrivé d’être un peu lourd dans des textos auprès de certaines collaboratrices. Que venait faire cette déclaration au milieu d’une intervention sur le budget 2018 ? On le comprendra quelques jours plus tard, lorsqu’on apprend qu’une femme a déposé plainte.

Plus récemment, on assistait médusé, à l’heure du petit-déjeuner, au désarroi du gendre idéal, notre monsieur Hulot national. La larme à l’oeil, il expliquait au journaliste qu’il était victime d’une agression médiatique la veille de la sortie d’un article révélant une plainte pour viol (classée pour prescription) déposée en 2008.

En vue de soutenir l’effort gouvernemental en matière de com’ et anticiper la prochaine crise, évitons les réunions au Sofitel de New York. Là bas, le « troussage de bonnes » et le « droit de cuissage » n’y sont plus tolérés ! Et chez nous?

Jusqu’ici tout va bien!

Cette semaine, notre invité est Pierre Leotard, directeur des revues Corridor Eléphant et Niepcebook. Il nous livre ses cartes blanches et ses coups de coeur.

Bonne semaine à tous.

Le froid En Marche !

Nos voisins anglais souhaiteraient s’inspirer du parti en marche! Ce week end, dans un espace de co-working de Londres, une centaine d’opposants au Brexit ont lancé un nouveau parti « Renew » qui s’inspire fortement du mouvement d’Emmanuel Macron. Le ras-le-bol généralisé des chaises musicales entre conservateurs et travaillistes serait le moteur de ces nouveaux adhérents qui considèrent que les sujets majeurs ont été confisqués par une classe dirigeante en fin de course. 

Chez nous, c’est une vague de froid qui est En marche! Après un mois de janvier particulièrement doux et pluvieux, nous étions en vigilance orange inondation dans une vingtaine de départements mais viennent s’ajouter des risques de neige et de verglas. Sortons (bien) couverts mais surtout ne restons pas enfermés. Le temps sera très dégagé avec de très belles éclaircies. Nos yeux capteront plus de soleil et enverrons à notre cerveau plus de mélatonine et de vitamine D… ce qui devrait nous rendre de fort belle humeur.

Et ça tombe bien, nous vous avons préparé une sélection de belles expositions, portraits, sorties pour vous accompagner dans cette vague. Et notre invitée, cette semaine, est Raphaëlle Stopin, curatrice et critique, conseillère artistique du prix HSBC 2018 qui sera révélé cette semaine, commissaire des expositions du festival international de mode et de photographie de Hyères, directrice artistique du Centre photographique de Rouen Normandie. C’est l’une des personnalités montantes de la photographie. Elle nous ouvre les portes de son univers et nous livre ses cartes blanches.

Bonne semaine à tous.

Vous reprendrez bien une tranche de « Panda » ?

Un département, perdu dans les territoires, est en deuil profond. Cinq adolescents sont morts dans une collision, dix-huit autres sont toujours hospitalisés dont six dans un état critique. Pendant ce temps, Emmanuel Macron s’offre, tel un enfant, une visite au zoo de Beauval pour rencontrer le filleul de son épouse, « un petit panda né en captivité ».

Les photos de cette visite présidentielle sont simples et montrent un moment sympathique et joyeux. On peut tout de même s’interroger sur l’opportunité et le maintien d’une visite à un bébé animal, certes attendrissant et en voie de disparition, plutôt que d’être aux cotés de ces familles dévastées. Un détour vers Millas aurait fait marcher l’homme sur terre, pas sur Jupiter.

Pour notre dernière semaine avant les fêtes de fin d’années, notre invitée n’est autre que notre directrice de publication Ericka Weidmann, qui assure chaque jour, depuis son lancement, la bonne marche de Mowwgli. Plutôt réservée pour ceux qui la connaissent un peu, c’est elle également qui est à l’origine du fameux portrait chinois. Un exercice qu’elle plébiscite pour permettre à nos invités de se dévoiler. A son tour de se livrer à cette introspection.

Bonne semaine à tous.